Un plan européen en 10 points en réponse à la crise edit

July 17, 2020

La pandémie de covid, les euro-obligations, la crise financière : ces dernières années, l'Europe et ses citoyens ont dû reconnaître que l’Union européenne atteint rapidement les limites de sa capacité d'action, notamment dans les situations critiques. En outre, l'UE est constamment limitée dans son efficacité par les autorités nationales, comme le montre, par exemple, le dernier arrêt de la Cour constitutionnelle fédérale allemande. L'Europe ne fonctionne-t-elle qu'en période de prospérité, mais échoue-t-elle toujours quand elle est vraiment importante ? Ce n'est pas une question de jugement, mais plutôt une question de bien-être social et économique. L'Europe devrait poursuivre plus systématiquement sur la voie d'une intégration plus poussée, car c'est la seule façon de retrouver la capacité d'action nécessaire. Dans cette optique, nous proposons un plan en dix points pour faire avancer l'Europe face à la crise.

Le fait que l'Europe atteint ses limites a été récemment démontré par la discussion sur les « coronabonds » ou la création d'euro-obligations. Les gens les associent à l'espoir d'agir de manière solidaire dans l'UE et de réduire ainsi les coûts de financement d'une grande partie des États en Europe. Aussi souhaitables soient-ils, la situation juridique et la réalité politique actuelles s'y opposent. C'est précisément parce que les citoyens européens ont rejeté une politique budgétaire et économique à l'échelle européenne lors de l'introduction de l'euro que les euro-obligations ne peuvent pas être émises à l'heure actuelle. Dans le même temps, on ne peut pas souhaiter les avantages d'une monnaie unique sans être prêt pour la prochaine étape logique d'une politique budgétaire et économique unique et donc, pour l'abandon d'importants droits souverains nationaux.

Le chemin vers une communauté européenne plus étroite est long et il devra être franchi via de nombreux petits pas, mais avec détermination. Nous pouvons entamer ce chemin pour sortir de la crise actuelle. La présidence allemande du Conseil dans les six prochains mois offre une opportunité – et le défi posé par le coronavirus offre à la présidence allemande une grande opportunité.

Les sceptiques en dehors de l'Europe estiment que la probabilité d'une crise financière européenne 2.0 est élevée. Nous voyons les choses différemment, et c'est pourquoi nous proposons un plan en dix points pour l'Europe en réponse à la crise sanitaire. L'immobilisme ou le désordre ne sont pas des options convaincantes.

1. Le MES au lieu des corona-bonds ou des euro-obligations

Les politiciens européens ont déjà fait le premier pas. Ils ont reconnu que les des corona-bonds ou des euro-obligations ne sont pas applicables pour financer les conséquences de la pandémie. Il faudrait au moins un an pour créer la base contractuelle de ces nouvelles obligations communautaires. De plus, tous les États sans exception devraient accepter cette étape – une entreprise presque sans espoir. Et qui est tout simplement incompatible avec de nombreuses constitutions. Les corona-bonds et euro-obligations sont donc un chemin long et incertain. Grâce au mécanisme européen de stabilité, le MES, plus de 400 milliards d'euros sont disponibles, qui peuvent être émis en temps voulu et avec souplesse. Il s'agit d'une approche pragmatique, réalisable et, surtout, axée sur les objectifs pour faire preuve de solidarité et apporter une aide rapide dans la crise.

2. Un plan Marshall européen à la Macron et Merkel

Tous les pays de l'UE sont confrontés à une forte récession cette année en raison de la catastrophe. Dans de nombreux endroits, l'arrêt de la vie quotidienne a mis l'économie à rude épreuve. Mais même avant la pandémie, les entreprises européennes n'étaient pas compétitives ou ne l'étaient que partiellement dans des domaines importants, et elles étaient à la traîne dans de nombreuses industries et technologies clés de demain. Dans le contexte de la crise actuelle, il convient désormais d'axer la proposition du président Macron et de la chancelière Merkel, dans le cadre du prochain budget de l'UE, sur la reconstruction durable de l'économie européenne. La protection du climat, un renouvellement technologique fondamental et une nouvelle mentalité d'entreprise avec un soutien ciblé aux jeunes entreprises en particulier offrent la possibilité d'un nouveau réveil social et économique en Europe. L'opposition actuelle des « quatre frugaux »  c'est-à-dire le Danemark, les Pays-Bas, l'Autriche et la Suède – aux subventions proposées par l'Allemagne et la France pourrait conduire à une situation où ces subventions ne seraient pas dépensées de manière inefficace à la discrétion des gouvernements nationaux, mais seraient utilisées pour cet important nouveau départ dans le cadre d'objectifs clairs et ambitieux. En guise de compromis, les subventions devraient être mises en œuvre en fonction de conditions claires et vérifiables. Comme l'a si bien dit Winston Churchill : « Ne gaspillez jamais une bonne crise ».

3. Recourir davantage à la BEI

Les bonnes politiques et les décisions administratives courageuses ne valent pas grand-chose si elles ne peuvent pas être mises en pratique dans l'économie avec des programmes de crédit. Une banque d'investissement solide est un atout important, surtout en temps de crise - mais pas seulement. En Allemagne, la KfW assume ce rôle avec beaucoup de succès depuis de nombreuses années, car les responsables politiques allemands y ont eu recours à plusieurs reprises pour mettre en œuvre leurs décisions. En Europe, la BEI, c'est-à-dire la Banque européenne d'investissement, peut et doit être autorisée à jouer ce rôle encore plus que par le passé - en particulier dans les pays qui n'ont pas encore de banque d'investissement nationale. Et il est juste d'utiliser la BEI, en plus du mécanisme de sauvegarde d'urgence, comme un deuxième point d'ancrage dans la reconstruction post-covid et comme une alternative intelligente aux euro-obligations.

4. Union bancaire - Yes we can !

La crise de la dette souveraine européenne nous a montré à tous l'importance d'un véritable marché bancaire commun en Europe. Trop de règles nationales empêchent encore la formation d'une véritable union bancaire en Europe, malgré des progrès réglementaires significatifs. La voie pour y parvenir a été montrée avec une autorité européenne unique de surveillance bancaire et un système européen unique de règlement bancaire – mais maintenant l'Europe doit aussi poursuivre vigoureusement sur cette voie. Tous les acteurs de ce marché ont formulé leurs idées et leurs exigences, et les responsables politiques doivent agir maintenant et prendre des décisions en temps utile, même s'ils ne peuvent pas satisfaire tout le monde. Nous avons besoin d'une feuille de route claire pour l'achèvement de l'union bancaire. L'assurance européenne des dépôts est l'objectif visé ici, et la voie à suivre pour y parvenir devrait inclure une réduction supplémentaire des risques et un système de réassurance innovant. La dette publique doit être reconnue comme un facteur de risque.

5. Stabilité financière - Whatever it takes?

Depuis la dernière crise financière, il est devenu évident que l'Europe doit rendre ses marchés financiers et bancaires beaucoup plus résistants aux intempéries. Après tout, les crises de certaines banques, des États ou des institutions ne doivent pas mettre en péril la stabilité et la viabilité du marché dans son ensemble. Mais comment aider le marché financier à devenir plus stable ? Dans ce contexte, certains parlent d'une « bad bank » européenne afin d'y comptabiliser à l'avenir les prêts non performants et de les retirer ainsi des bilans des banques. Ce n'est pas une option viable si les risques devaient être communautarisés. Nous proposons plutôt un mécanisme qui permettra aux banques de se recapitaliser rapidement en cas d'urgence - à l'instar de l'approche adoptée avec succès par le gouvernement américain en 2008.

6. En avant pour pour une union européenne des marchés des capitaux

Face au Brexit, c'est plus important que jamais : l'Europe a besoin d'une union des marchés des capitaux le plus rapidement possible afin de prendre efficacement position sur ces marchés. Ce projet, introduit à l'origine par le commissaire européen Jonathan Hill, a été relégué au second plan en raison du covid-19. Après que l'Allemagne et la France aient déjà effectué d'importants préparatifs, nous pensons que l'Union des marchés des capitaux doit maintenant avancer vigoureusement et le plus rapidement possible. La présidence allemande est une excellente occasion de le faire. Dans ce contexte, nous proposons de faire de l'intégration des marchés financiers européens un objectif clé de cette décennie, car il s'agit d'une condition préalable importante à la création d'institutions financières paneuropéennes et à la croissance des entreprises européennes. Il est tout aussi important de continuer à promouvoir la constitution de fonds propres, par exemple par la réduction des désavantages fiscaux par rapport aux capitaux d'emprunt, qui n'ont que trop tardé.

7. Réassurance pour le marché du travail

Par rapport à d'autres grandes économies, et notamment les États-Unis, l'Europe a toujours accordé plus d'importance à la garantie de l'emploi qu'à celle des dividendes. Le compromis entre le travail et le capital, caractéristique centrale de l’économie sociale de marché européenne, devrait également prévaloir dans cette crise. Il est donc juste que l'Union européenne prenne des mesures en faveur de la réassurance de l'assurance emploi nationale sous la direction de SURE. De cette manière, la solidarité européenne sera appliquée à un point central qui concerne directement la vie des travailleurs européens.  Le régime de réassurance fournit également les bonnes incitations aux États membres pour qu'ils améliorent et équipent mieux leurs propres systèmes.

8. Made in Europe - Made for Europe

La pandémie de corona l'a douloureusement montré : nous vivons dans une économie mondiale véritablement mondialisée. La mondialisation a entraîné des gains de bien-être dans le monde entier. Cependant, en cas de crise, les chaînes d'approvisionnement peuvent également se rompre, ce qui a des conséquences négatives considérables sur la production. Les perturbations existantes dans les chaînes d'approvisionnement européennes doivent donc être levées immédiatement et de toute urgence. L'Europe devrait donc rapidement élaborer une stratégie fondamentale pour garantir la fourniture de biens essentiels tels que les masques de protection et les médicaments et pour fournir ses propres infrastructures essentielles - par exemple des serveurs pour les vidéoconférences.

9. L'Europe se soutient mutuellement

L'Allemagne a mis à disposition des lits de soins intensifs pour les patients français et italiens souffrant de corona. Mais dans la perception du public en Italie, le soutien de la Chine et de la Russie est perçu positivement, alors que l'Allemagne est perçue négativement. Dans le contexte de la crise, il importe peu que chaque État membre de l'UE soit responsable de son propre système de santé. C'est pourquoi il est clair pour nous que l'Europe doit de toute urgence organiser et développer un soutien concret aux soins médicaux au-delà des frontières nationales. En cas de seconde vague, l'Allemagne pourrait profiter de sa situation médicale favorable actuelle, avec un nombre suffisamment important de lits de soins intensifs, pour les proposer à d'autres pays à une échelle encore plus grande. La recherche médicale devrait se voir accorder encore plus de poids au niveau européen, éventuellement en renforçant spécifiquement les fonds correspondants du CER. Cela vaut notamment pour la recherche d'un vaccin efficace contre le virus et l'expansion des capacités de test.

10. Confiance

Enfin, la présidence allemande devrait envoyer un signal clair, fort et unifié en faveur de l'unification européenne. C'est une nécessité urgente, notamment en raison de la crise sanitaire qui prive de confiance les citoyens et l'économie. Nous espérons que la présidence allemande sera salués comme un succès et une percée par les publics nationaux et qu'ils ne seront pas à nouveau discutés dans l'immédiat. De nombreuses petites mesures réalistes feront avancer l'Europe, plus que de grandes promesses qui ne peuvent que décevoir le public si elles ne sont inévitablement pas tenues. Ainsi, l'Europe peut grandir ensemble et s'intégrer plus profondément - avec l'acceptation de tous et pour le bien de tous.