• 23 février 2010

    Grippe A et bulles financières

    Grippe A et bulles financières

    On peut légitimement comparer l’épisode de la grippe A, ou plutôt sa perception dans l’opinion et chez les autorités de la santé, aux emballements que connaissent si souvent les marchés financiers. Suivons pour cela les processus décisionnels.

  • 11 février 2010

    Vaccins : combien ça coûte ?

    Vaccins : combien ça coûte ?

    Le gouvernement a-t-il trop dépensé pour sa campagne de vaccination contre la grippe A H1NI ? Jusqu’où faut-il pousser le principe de précaution en matière sanitaire ? Difficile de répondre de manière abrupte. Mais cette affaire aura eu le mérite de mettre en avant le coût de la mesure sanitaire, coût qui ne préoccupe guère une opinion publique soucieuse avant tout qu’on limite les risques auxquels elle est exposée. Comment procéder pour consacrer les deniers publics aux combats les plus efficaces ?

  • 5 février 2007

    Et si l'augmentation des dépenses de santé était une bonne nouvelle?

    Et si l'augmentation des dépenses de santé était une bonne nouvelle?

    Malgré vingt plans de redressement en vingt-cinq ans, l'Assurance maladie est à la dérive, avec une dette cumulée de plus de 100 milliards d'euros. Le ministère des Finances préconise d'éviter les déficits, les Français semblent préférer dépenser en fonction des besoins. La question alors est sans doute moins de contenir les dépenses que de faire des choix collectifs pour dégager de nouvelles ressources. Qui paiera ? Comment garantir l'équilibre budgétaire sans dénier aux patients l'accès au progrès médical ? Une nouvelle gouvernance s'impose. Le principe actuel selon lequel chacun paie selon ses moyens et reçoit selon ses besoins pourrait être amendé afin de ne pas contribuer comme il le fait aujourd'hui aux déséquilibres entre générations.

  • 17 mars 2006

    Pourquoi le papy-boom ne fera pas exploser les dépenses de santé

    La menace d'une explosion des dépenses de santé liée au vieillissement de la population est très souvent invoquée. Sur un ton alarmiste, on dénonce la passivité générale, alors qu'une vague démographique serait sur le point de submerger nos systèmes de santé. Cette inquiétude est-elle fondée ?