• 13 décembre 2006

    Un an après Hong Kong, où en est l'OMC?

    Un an après Hong Kong, où en est l'OMC?

    Si la négociation multilatérale échoue, il serait tentant de revenir au bilatéralisme. Est-ce un risque ? Tout est question de mesure.

  • 12 décembre 2006

    Soumettre la BCE : une proposition sans avenir, mais pas sans conséquences

    En lançant le 7 décembre qu'il fallait soumettre la Banque centrale européenne « à des décisions politiques, bien sûr celles de l'Eurogroupe, mais aussi celles du Conseil européen », Ségolène Royal a repris, un ton au-dessus, une antienne familière. Déjà, le 22 juin, Nicolas Sarkozy déclarait qu'il était « urgent que soit créé un véritable gouvernement économique de la zone euro et que soient rediscutés le statut et les objectifs de la BCE ». On pourrait multiplier les citations : sur ce sujet, droite et gauche ne se distinguent pas l'une de l'autre.

  • 30 novembre 2006

    Ukraine: la démocratie progresse, la corruption aussi

    Ukraine: la démocratie progresse, la corruption aussi

    Depuis deux ans, l'Ukraine a subi des changements rapides et complexes qui peuvent déconcerter les observateurs étrangers, mais il reste possible de dégager les traits les plus saillants : avancées de la démocratie, retour de la corruption. Les thèmes dominants de la Révolution Orange étaient la liberté, la démocratie et la justice, alors que les thèmes économiques et sociaux en étaient notablement absents. On n’obtient souvent que ce qu’on demande : les réussites les plus spectaculaires et les plus rapides de la Révolution Orange furent la liberté d'expression et celle des médias. La diversité de ceux-ci semble solidement garantie par celle de leurs propriétaires, et leur qualité s'est beaucoup améliorée. Par ailleurs, divers mouvements populaires se sont succédé au niveau local, ce qui montre que les Ukrainiens n'ont plus peur.

  • 29 novembre 2006

    Il était une fois dans l’Est… la sur-spécialisation des travailleurs

    Il était une fois deux pays très différents, la Pologne et l’Estonie, qui après avoir vécu 40 années de liberté réprimée, voulaient accéder à l’Union Européenne. Cette histoire se passe dans les années 1990. Les deux pays avaient en commun une méfiance de leur grand voisin la Russie. Pour le reste, ils différaient profondément. La Pologne était un grand pays à l’économie relativement fermée, au marché du travail rigide et dans lequel les réformes furent plutôt lentes à se mettre en place, tandis que l’Estonie était une petite économie ouverte qui avait choisi l’ouverture radicale au commerce, des taxes faibles et un marché du travail très peu protecteur.

  • 27 novembre 2006

    It's the trade stupid… !

    --> Tout le monde connaît la fameuse phrase de Clinton, "It’s the economy stupid", par laquelle il voulait dire que c’était l’économie qui était au cœur des préoccupations de ses concitoyens. L’échec des républicains aux élections de mi-mandat serait-il lié à la crainte de voir l’emploi reculer ? Ce qui se passe aux Etats-Unis peut-il se passer en France ? ----- EXTENDED BODY:

  • 25 novembre 2006

    Flexibilité et précarité n'ont pas forcément le même sens

    On range sous le terme de flexibilité des réalités très dissemblables et des ordres de problèmes bien distincts. Or, il n'y a pas une mais des flexibilités, l'une étant synonyme de précarité tandis que l'autre ne l'est en rien puisqu'elle vise au contraire à la stabilité de l'emploi par ajustement optimal de l'entreprise aux exigences de l'environnement économique. Où se situe la différence ? Pour tenter d'y voir clair on peut reprendre la distinction introduite par Bernard Brunhes entre flexibilité fonctionnelle ou interne et flexibilité statutaire ou externe. --> A la flexibilité fonctionnelle correspond l’ensemble des techniques qui sans affecter le statut juridique du salarié modifient l’allure du travail en vue d’en permettre le meilleur ajustement possible aux exigences de la production et de la productivité. Elle est en ce sens, et paradoxalement, un réducteur d’incertitude.

  • 24 novembre 2006

    Controverse : à propos de la taxe de monsieur Hulot

    Dans les colonnes de Telos, Urs Luterbacher propose une lecture critique du projet de taxation du CO2 du Pacte Ecologique de Nicolas Hulot. Selon lui, la proposition ne prend pas en compte l’agriculture qui représente un secteur important pour les émissions de gaz à effet de serre autres que le CO2. Elle serait surtout inefficace car, contrairement aux permis d’émission, elle n’inciterait pas à la mise en œuvre des solutions permettant les plus fortes réductions d’émission. -->

  • 21 novembre 2006

    Que se passe t-il à Oaxaca ?

    Le conflit local entre gouverneur et manifestants condense une série d'enjeux qui le rendent symptomatique d’une crise profonde du régime politique mexicain. L'autonomie croissante des gouverneurs, qui agissent parfois en véritables caudillos régionaux, atteste la fin du « présidentialisme impérial » et prouve à quel point ils sont devenus de véritables chefs politiques et non plus seulement les relais du pouvoir fédéral. -->

  • 20 novembre 2006

    Les négociations à l'OMC et les élections américaines

    Après la suspension des négociations du Cycle de Doha en juillet dernier, les négociateurs espéraient une reprise des pourparlers début 2007. Après une brève période de récupération, il était en effet envisageable de voir reprendre le Cycle après les élections au Congrès américain. Ces élections étaient en effet interprétées comme interdisant aux négociateurs américains de faire en 2006 des concessions supplémentaires sur les subventions agricoles. Maintenant que les résultats de ces élections sont connus, peut-on s'attendre à une reprise et une conclusion des négociations du Cycle de Doha ?

  • 17 novembre 2006

    La taxe de monsieur Hulot

    Le dernier livre de Nicolas Hulot, Pour un pacte écologique, contient une proposition pour combattre le changement climatique à l'aide d’une taxe sur le carbone. Trois questions méritent d’être posées à cet égard. Est-ce vraiment nouveau ? La taxe Hulot permettrait-elle d'atteindre l’objectif visé ? Ce projet est-il cohérent avec une politique climatique au niveau mondial ? Sur ces trois points il convient d'être extrêmement prudent. -->

  • 15 novembre 2006

    Le « critère caché » de Copenhague

    L'adhésion à l'Union Européenne est conditionnée par trois critères : l'économie de marché, l'Etat de droit et l'assimilation de l'acquis communautaire. S'y ajoute un critère dont on a peu parlé jusqu'à présent, la « capacité d'absorption » de l'Union européenne. Pour limiter l'entrée de nouveaux membres comme la Turquie et régler ainsi la question des frontières de l'Europe, l'UE ne serait-elle pas tentée de recourir à ce critère qui offre l'avantage politique d'être fort imprécis sans forcer l'Europe à s'en expliquer ? --> Certains discours politiques ont aujourd’hui tendance à affirmer que, puisque la Constitution n’a pu être ratifiée, le processus d'élargissement a désormais atteint les limites de sa capacité d’absorption. L’Europe souffrirait d'une maladie appelée la « fatigue de l’élargissement », et il conviendrait donc d’arrêter les dégâts pour enfin tracer les « frontières définitives » de l'UE.

  • 13 novembre 2006

    Comment le rapport Stern peut relancer les politiques climatiques

    Commandé par Gordon Brown au lendemain du sommet de Gleneagles, le Rapport Stern sur l’économie du changement climatique a été remis à Tony Blair le 30 octobre. Ses conclusions sont sans équivoque : l’analyse des impacts du changement climatique et de leurs coûts dans le scénario du laisser-faire indique qu’ils pourraient représenter une perte de PIB mondial de 5 à 20 % en 2050. A l’inverse, un scénario de maîtrise des émissions et de stabilisation rapide des concentrations de GES à un niveau faible, de 500 à 550 ppmv (parties par million en volume) pour l’ensemble des gaz, ne représenterait, si les meilleures technologies étaient utilisées partout, qu’un coût de l’ordre de 1% du PIB mondial.

  • 12 novembre 2006

    L'innovation artistique vue par un économiste

    Pourquoi le vingtième siècle a-t-il vu naître un art si différent ? Une étude publiée récemment par David W. Galenson, l'un des grands noms de l'économie de la culture, ne répond pas à cette question, mais en donne une formulation intéressante qui ouvre des pistes nouvelles. Explorons-les.

  • 11 novembre 2006

    Le symptôme irakien

    L'Irak ne fut que la cause immédiate de l'échec des républicains le 7 novembre. Les électeurs ont manifesté leur refus d'un système de gouvernement qui ne reconnaissait aucune limite. C'était une réaffirmation implicite des principes de la démocratie. Mais ce n'était pas une victoire pour les démocrates, qui ont désormais le pouvoir législatif mais aucun programme. --> La mésaventure irakienne ne fut que la cause immédiate de l'échec des républicains le 7 novembre. Alors que les élections de mi-mandat dépendent habituellement des enjeux locaux, les démocrates ont réussi à nationaliser un nombre suffisant de scrutins pour prendre l’avantage. Le président Bush les a bien aidés en resortant un argument qui lui avait déjà servi en 2002 et 2004, la "guerre contre la terreur".

  • 11 novembre 2006

    Comment aider les élus à mieux travailler ?

    La proposition de Ségolène Royal d'instaurer des « jurys citoyens » renvoie à une procédure anglaise de démocratie participative, les citizens juries, étrangère à l'idée d'une évaluation a posteriori du travail des élus. Prenons toutefois le temps de discuter l’idée de panels de citoyens invités à procéder à cette évaluation.

  • 9 novembre 2006

    Démocratie participative : la formule suisse

    La proposition de Ségolène Royal d'instaurer des jurys populaires qui auraient à examiner si les promesses faites avant une élection ont bien été tenues mérite débat. Pour le nourrir, un détour par la Suisse n'est pas forcément inutile. La participation des citoyens y permet par exemple de mieux contrôler les dépenses publiques et d'empêcher certaines hausses d'impôts, en examinant en profondeur des projets particulièrement coûteux, surtout au niveau local. Au niveau de la Confédération, les dépenses publiques sont maîtrisées et cette année l'équilibre financier semble avoir été plus qu'atteint puisque les comptes de l'Etat fédéral présenteront un excédent d'au moins deux milliards de francs suisses. Mais tout cela est-il dû au contrôle populaire exercé par les institutions de démocratie directe ? Rien n'est moins sûr.

  • 8 novembre 2006

    Etats-Unis : l'antiterrorisme va-t-il changer de visage ?

    Si l’élection du 7 novembre semble avoir clos l’ère des victoires électorales du président Bush, la lutte contre le terrorisme international prendra-elle une inflexion nouvelle, aux Etats-Unis, en Irak ou en Europe ? Rien n’est moins sûr, car cinq ans après le 11-Septembre, l’antiterrorisme a déjà atteint un seuil et changé de niveau. -->

  • 7 novembre 2006

    Le marché européen est-il tombé en panne ?

    Une étude récente souligne que 86% de la consommation européenne originaire des pays OCDE serait produite à l'intérieur des frontières nationales contre 10% en provenance des autres pays européens. Cette préférence, que les économistes appellent le biais domestique, aurait diminué fortement pendant la deuxième moitié des années quatre-vingt-dix mais resterait stable depuis, ce qui plaiderait en faveur d'une relance des politiques visant à unifier le marché européen. Il convient toutefois d'éviter de tirer des conclusions trop hâtives de cette observation statistique. L'indicateur de biais domestique retenu par cette étude semble un peu sommaire. Il amène par exemple à conclure que le biais dans la consommation américaine serait plus grand que celui prévalant au sein de l'Union ce qui contredit la littérature sur le sujet. -->

  • 6 novembre 2006

    Et si le microcrédit était étendu aux pays riches…

    Le prix Nobel de la Paix accordé cette année à Muhammad Yunus récompense l’invention du microcrédit. En 1976, celui qui était alors professeur d’économie à l’Université de Chittagong au Bangladesh a fait le pari que les pauvres aussi pouvaient utiliser les services bancaires. En créant la banque Grameen dans le village voisin de Jobra, il a commencé à offrir en crédit, de sa propre poche, de minuscules sommes d’argent à des personnes bien trop pauvres pour apporter des garanties. Son objectif était d’aider les villageois à financer leurs projets d’investissements, en espérant qu’ils échapperaient ainsi, un jour, à la pauvreté. A en juger par le nombre de banques similaires qui se sont multipliées dans les pays en développement et en Europe de l’Est, c’était manifestement une idée superbe. Aujourd’hui, ces banques servent presque sept millions de personnes qui vivent en dessous du seuil de pauvreté.

  • 3 novembre 2006

    Le vent mauvais du populisme est-européen

    Les populistes de droite en Pologne et de gauche en Slovaquie dirigent maintenant des gouvernement, alliés à des partis nationalistes extrémistes. A Budapest, le principal parti d'opposition, le Fidesz, appelle ses supporters à manifester devant le Parlement pour la démission du gouvernement, le jour même où ce Parlement vient de confirmer par un vote de confiance le résultat des élections de mai dernier. A Prague, un gouvernement minoritaire de droite, qui après cinq mois de querelles et de mobilisation contre la « menace communiste » n'a toujours pas obtenu la confiance du Parlement, mène une purge à grande échelle de la haute administration. Enfin, l'entrée des Bulgares dans l'Union Européenne a été annoncée en transformant la campagne présidentielle en confrontation entre un ex-communiste qui se dit pro-européen et un proto-fasciste qui déclare détester les Turcs, les Tziganes et les Juifs. Pourquoi cette montée du populisme ? -->