• 1 juin 2006

    En matière de logement l'enfer est pavé de bonnes intentions

    L'intervention de la puissance publique en matière de logement est une longue tradition qu'on peut rattacher à la construction de logements ouvriers par les patrons du 19e siècle ou à la création du prélèvement du « 1% logement » sur les salaires par un de ces mêmes patrons dans les années 1950. C’est pendant la Première Guerre mondiale que les loyers ont été bloqués pour la première fois, blocage qui n'a été levé, partiellement, que par la loi de 1948. Et il ne se passe pas de mois qu'une nouvelle initiative ne fleurisse : du quota de 20% de logements sociaux par commune de la loi SRU en 2000, au récent projet de permis de louer en passant par les dispositifs Besson, Méhaignerie, Périssol ou Robien d'encouragement à l’investissement locatif, ou le « bouclier logement » du programme socialiste. Cette intervention n’est pas une spécificité française. Même les Etats-Unis ou la Grande-Bretagne consacrent aux aides au logement une part de leur budget voisine de celle de la France.

  • 31 mai 2006

    Les turbulences des marchés peuvent-elles faire dérailler la reprise ?

    La forte baisse des marchés d’actions et la remontée des primes de risque posent trois questions : quelle est la cause du changement d’humeur dans les marchés ? Ces décodeurs collectifs d’information nous disent-ils sur l'économie réelle quelque chose que nous ne voyons pas ? Enfin et quelles qu'en soient les causes, les turbulences financières peuvent-elles compromettre la reprise ? La réponse à cette dernière question est à mes yeux négative – à moins d’une série, peu probable mais pas impossible, de graves erreurs de politique économique.

  • 29 mai 2006

    Douce France

    La publication par Telos d'une enquête auprès d'un échantillon représentatif de députés confirme que pour une fraction de ceux-ci, majoritairement PS, la mondialisation profite d'abord aux multinationales et aux marchés financiers (1). La compréhension des difficultés de notre marché du travail est encore plus clivée : neuf députés PS sur dix expliquent la précarité par les politiques ultra-libérales ayant été menées, une réponse acceptée par seulement un député UMP sur cinquante.

  • 29 mai 2006

    Le grand retour du conflit gauche-droite

    La mondialisation et ses effets sur l'économie et la société française sont en train de redessiner les clivages au sein de la classe politique. C'est ce que révèle cette enquête passionnante et très instructive sur les perceptions des députés français. Depuis plusieurs années, le clivage gauche/droite semblait perdre de sa signification, de sa réalité politique et idéologique et de sa capacité à organiser les oppositions politiques en France. Cette période est en train de s'achever. La question de la mondialisation pourrait devenir l'élément central qui redonne sa pertinence et son sens à ce clivage, montrant ainsi que, désormais, l'opposition entre gauche et droite de gouvernement se redéfinit sur des enjeux qui dépassent les seules questions domestiques.

  • 29 mai 2006

    Les députés français et la mondialisation : résultats de l'enquête

  • 29 mai 2006

    Mondialisation : un clivage gauche / droite

    Dans le cadre d'une enquête inédite menée à Sciences Po et que publie ici Telos, il apparaît très clairement que la mondialisation constitue une source de clivage très significatif entre la gauche et la droite.

  • 29 mai 2006

    Que pense votre député de la mondialisation ?

    NB. L'abscisse (axe gauche droite) est statistiquement 3 fois plus significatif que l'ordonnée (protectionnisme agricole).

  • 25 mai 2006

    OMC : contrairement à ce qui se dit un non accord ne serait pas une bonne chose

    Pour beaucoup d'observateurs, la question n'est plus "comment sauver le cycle de Doha", mais "faut-il sauver ce cycle" ? Le remplacement du négociateur américain Rob Portman, le caractère apparemment irréductible des positions, enfin les doutes croissants sur l'utilité même de l'exercice, nourrissent le pessimisme ambiant. Deux options sont ouvertes à ce stade, après le rendez-vous manqué de fin avril. Utiliser la pression que fait peser sur le calendrier la conjugaison des élections brésiliennes, américaines et bientôt françaises, pour boucler dans l'urgence avant l'automne, ou au contraire manquer cette fenêtre de tir et repartir sur des bases saines ; il en faudrait plus, après tout, pour stopper le commerce mondial.

  • 25 mai 2006

    L'Europe des moins-disants

    Le 29 mai 2005, à l'issue d'un débat véhément, les Français, rapidement suivis par les Hollandais, rejetaient nettement le projet de constitution européenne. Peu après, face à la menace d'une avalanche de réponses négatives, le Conseil européen décidait d'une pause dans les procédures de ratification, laissant à chaque Etat le soin de décider des mesures à prendre. Dans la foulée, plusieurs Etats renonçaient aux référendums qu'ils avaient prévus. Un an plus tard, où en sommes-nous ?

  • 19 mai 2006

    Les subventions agricoles ont besoin de transparence !

    Faut-il obliger les Etats membres de l'Union européenne à fournir des informations sur les bénéficiaires des fonds communautaires faisant l'objet d'une gestion partagée ? Si oui, dans quelle mesure et sous quelle forme ? Telles sont les deux questions issues du Livre vert publié début mai 2006 par la Commission européenne afin de stimuler le débat, entre autres, sur la divulgation de l'identité des ayants droit des fonds communautaires et notamment ceux qui touchent à l'agriculture.

  • 19 mai 2006

    Immigration choisie : ne singeons pas l'Amérique

    Immigration choisie : ne singeons pas l'Amérique

    L'immigration choisie fait débat en Europe. Après le Royaume-Uni et l'Allemagne, la France envisage de s'y convertir à travers la nouvelle loi Sarkozy sur l'immigration. A l'image de la fameuse carte verte américaine de résidence et permis de travail aux étrangers (green card), la création d'une carte bleue européenne (blue card) a été parfois suggérée, y compris sur Telos par Jakob von Weiszäcker. Cette dernière permettrait aux travailleurs hautement qualifiés étrangers de circuler en Europe et entre celle-ci et leur pays d’origine. Selon une métaphore footballistique, certains – non-qualifiés – feraient l’objet d’un carton rouge tandis que les détenteurs de compétences reconnues bénéficieraient d’une « blue card ». Or cette logique de discrimination migratoire sur des critères socioprofessionnels, outre les problèmes éthiques évidents qu'elle soulève, ne convient guère à l'Europe pour au moins deux raisons.

  • 19 mai 2006

    L'Europe sert-elle encore à quelque chose ?

    Un an après le référendum et quarante-neuf ans après le traité de Rome, une question jusque-là peu débattue hante désormais le débat européen : l'Union sert-elle encore à quelque chose ?

  • 17 mai 2006

    Europe : comment lutter contre la désintégration ?

    Du lancement du Marché unique en 1992 à l'introduction de l'euro puis à l'élargissement de mai 2004, l'intégration européenne s'est déroulée à une allure vertigineuse. Des chocs comme la crise monétaire du début des années 1990 ne l'ont pas arrêtée, incitant au contraire à passer à l’étape suivante. Jusqu'au 29 mai 2005, cela renforça la confiance de ceux qui, en concevant le Marché unique dans les années 1980, ne pouvaient pas imaginer l'effondrement prochain du Rideau de fer et voyaient la monnaie unique comme un horizon lointain, théoriquement inéluctable mais pratiquement difficile à atteindre. Beaucoup de rêves étaient devenus réalité et il n'y avait aucun Plan B, quand les Français et les Néerlandais ont rejeté le Traité établissant une Constitution pour l'Europe.

  • 15 mai 2006

    Constitution Européenne : une vie après la mort ?

    Les gouvernements français et néerlandais n'ont aucun plan pour revenir sur les résultats des référendums, et l'Union Européenne ne peut donc mettre en oeuvre la Constitution. Celle-ci pourrait certes être renégociée, mais un nouveau texte n'agréerait probablement pas aux Etats-membres qui soutiennent vigoureusement le Traité actuel. Et ce pour une simple raison : les préférences des 10 (ou 12) nouveaux membres sont généralement moins fédéralistes, moins tournées vers l'Europe sociale et plus favorables au marché que celles des 15. Un texte renégocié n'ira pas donc pas dans le sens des anciens Etats-membres qui soutiennent aujourd'hui la Constitution. Personne ne sacrifiera donc son capital politique pour imposer une renégociation. En bref, le Traité Constitutionnel est mort.

  • 15 mai 2006

    Sécurité énergétique : l'enjeu latino-américain

    Nous assistons aujourd’hui à une évolution dans l’équilibre des pouvoirs entre pays producteurs et pays consommateurs, mais aussi entre gouvernements et compagnies pétrolières. L'entrée de grands acteurs émergents dans les marchés mondiaux de pétrole intensifie d’autant plus la compétition que certains d’entre eux tentent de mettre leurs réserves sous clé. Les prises de contrôle par les Etats vont croissant, et les conditions d'accès aux ressources se resserrent. Les compagnies et les institutions internationales n’ont pas donné de réponse satisfaisante à cette situation, et certains acteurs ont fait preuve de maladresse, voire d’arrogance. Il serait plus sage et plus constructif d’explorer de nouveaux modes de partenariat permettant d’accompagner l’évolution d’un type de relation aujourd’hui en fin de cycle.

  • 12 mai 2006

    La lutte contre les discriminations a aussi des avantages économiques

    Alors que l'Assemblée nationale planche sur un projet de loi relatif à la délinquance, la publication coup sur coup de plusieurs études économiques montre qu'une course de vitesse est engagée entre un traitement économique des causes profondes de la crise de nos banlieues et un réflexe sécuritaire qui pourrait bien aggraver le cercle vicieux de la stigmatisation et de la non-valorisation de l'atout numéro un de notre nation : le capital humain. --> Une enquête en cours sur la jeunesse scolarisée dans l'académie de Créteil questionne la valorisation actuelle de ce capital humain en Ile-de-France. Les fortes discriminations sur le marché du travail tout comme les déséquilibres profonds du marché éducatif impactent négativement la demande d'éducation des jeunes de banlieue, ce qui met en danger notre potentiel de croissance.

  • 9 mai 2006

    Italie : ce qui attend Prodi

    Comme tous autres pays européens, l’Italie est confrontée à la mondialisation et au vieillissement de sa population. Sauf que sur ces deux plans sa situation est particulièrement délicate. Sa spécialisation commerciale quelque peu obsolète la rend particulièrement vulnérable à la concurrence des pays émergents et aucun autre pays ne va autant vieillir durant la première moitié de ce siècle. Pour faire bonne mesure, l’économie italienne est plombée par une dette publique qui représente 106% de son PIB. Tout ceci va se traduire inéluctablement par d’importants transferts de revenus. En fait, le processus est déjà en route, et les tensions sociales qui s’accumulent vont s’exacerber dans les années à venir. Face à un tableau si peu réjouissant, que va pouvoir faire le nouveau gouvernement italien ?

  • 7 mai 2006

    Iran : ce que peut encore faire l'Europe

    Depuis la rupture par Téhéran des accords nucléaires euro-iraniens en août 2005, la République islamique progresse rapidement dans ce qui ressemble dorénavant à un « crash programme » de maîtrise du cycle du combustible, pouvant déboucher sur des applications militaires. Le démarrage d'une première « cascade » de 164 centrifugeuses en mars a débouché dès la fin avril sur un enrichissement de 4,6 % d’uranium 235, soit la limite supérieure des applications électronucléaires. Avec l'intention proclamée de l'Iran d’aligner plusieurs milliers de centrifugeuses au tournant de 2006-2007 et l'annonce de la disponibilité de centrifugeuses dites P-2 (quatre fois plus productives que l'actuel modèle), l'Iran pourrait disposer de quoi fabriquer plusieurs armes nucléaires avant même la fin du mandat du président Bush en janvier 2009.

  • 7 mai 2006

    L'Iran manipule-t-il le monde chiite ?

    La nomination de Jawad al-Maliki au poste de Premier ministre du gouvernement irakien a relancé le débat sur les liens entre l'Iran et les nouveaux dirigeants de l'Irak. Ces derniers sont en effet pour beaucoup membres de partis islamistes chiites longtemps patronnés (Daawa), voire directement créés (ASRII, l'Assemblée suprême pour la révolution islamique en Irak) par la République islamique d'Iran. Malgré sa réputation de « dur », Jawad al-Maliki satisfait – dit-on – les Américains, les Kurdes et les sunnites parce qu'il appartient à une branche de Daawa qui a pris ses distances avec le régime iranien dès le début des années 1980. C'est ce qui explique qu'il ait passé la majeure partie de ses années d'exil en Syrie. Il faut le noter cependant, son prédécesseur Ibrahim al-Jaafari était également issu de cette branche. Dès lors, rien ne permet de d'affirmer que le prochain gouvernement irakien sera moins sensible aux instrumentalisations iraniennes que le précédent.

  • 6 mai 2006

    Diplômés du monde entier : rejoignez-nous !

    Diplômés du monde entier : rejoignez-nous !

    La nouvelle loi allemande sur l’immigration a été conçue en partie pour attirer des immigrants très qualifiés. Pourtant, en 2005, moins d’un millier d’entre eux sont venus en Allemagne. La France débat actuellement d’une loi qui prévoit elle aussi de favoriser une immigration très qualifiée. Mais ses dispositions sur « les compétences et les talents » ne semblent pas plus audacieuses. Il est pourtant temps de dire aux jeunes diplômés du monde entier : bienvenue en Europe.