• July 10, 2006

    Pourquoi la Corée du Nord lance ses missiles

    Pourquoi la Corée du Nord lance ses missiles

    Le 5 juillet à l'aube, heure de Pyongyang, les Nord-Coréens tirent leurs premiers missiles. A Washington, c'est le soir du 4 juillet, et les Américains célèbrent leur fête nationale à grand renfort de pétards et de feux d'artifice. Le gouvernement de Kim Jong-il a le goût de l'à-propos et un sens particulier de la farce. L'intention symbolique est limpide, quand bien même le Département d'Etat feint de ne pas la comprendre (« Pourquoi le 4 juillet ? Aucune idée, demandez à Kim Jong-il »). Les Nord-Coréens s'adressent d'abord et avant tout au gouvernement de George Bush. Le choix du 4 juillet contient aussi un autre symbole, plus ambigu. Si Independence Day est une fête de la liberté autrefois acquise à la couronne britannique, il est moins sûr que les tirs de missiles nord-coréens soient la manifestation d'une véritable indépendance de Pyongyang sur la scène internationale. Certes, Pyongyang est un électron libre dans l'espace de la politique mondiale, un « Etat-voyou » qui ne se sent lié par aucune sorte de contrat social établi à l'échelle globale. Mais la Corée du Nord est-elle vraiment, absolument, autonome ? Ses efforts déployés pour susciter une réaction des Etats-Unis ne sont-ils pas l'illustration, au contraire, de sa dépendance, ou plus précisément de sa position paradoxale dans un monde globalisé ?

  • June 23, 2006

    Italie : la question énergétique

    Italie : la question énergétique

    La fusion Suez-Gaz de France a été envisagée au nom du patriotisme économique pour contrer les ambitions de l'italien Enel. Mais celui-ci est-il un champion du libéralisme ? Un rapide tour d'horizon des marchés de l’énergie dans la péninsule révèle au contraire la persistance de pratiques monopolistiques et de rentes de position aussi bien dans le secteur de l'électricité que dans celui du gaz. Le prix de l'électricité est en effet l’un des plus élevés d'Europe, et en ce qui concerne le gaz nous avons traversé un hiver à risque, grâce au monopole national qui bloque le développement des infrastructures. L'Italie ne peut se permettre une telle situation ; mais le récent projet de loi du ministre Bersani ne dessine que de vagues orientations aux allures de chèque en blanc, faute de préciser ses ambitions. Qu'est-ce qui servirait le mieux le pays ?

  • May 9, 2006

    Italie: ce qui attend Prodi

    Italie: ce qui attend Prodi

    Comme tous autres pays européens, l’Italie est confrontée à la mondialisation et au vieillissement de sa population. Sauf que sur ces deux plans sa situation est particulièrement délicate. Sa spécialisation commerciale quelque peu obsolète la rend particulièrement vulnérable à la concurrence des pays émergents et aucun autre pays ne va autant vieillir durant la première moitié de ce siècle. Pour faire bonne mesure, l’économie italienne est plombée par une dette publique qui représente 106% de son PIB. Tout ceci va se traduire inéluctablement par d’importants transferts de revenus. En fait, le processus est déjà en route, et les tensions sociales qui s’accumulent vont s’exacerber dans les années à venir. Face à un tableau si peu réjouissant, que va pouvoir faire le nouveau gouvernement italien ?

  • May 6, 2006

    Diplômés du monde entier : rejoignez-nous !

    Diplômés du monde entier : rejoignez-nous !

    La nouvelle loi allemande sur l’immigration a été conçue en partie pour attirer des immigrants très qualifiés. Pourtant, en 2005, moins d’un millier d’entre eux sont venus en Allemagne. La France débat actuellement d’une loi qui prévoit elle aussi de favoriser une immigration très qualifiée. Mais ses dispositions sur « les compétences et les talents » ne semblent pas plus audacieuses. Il est pourtant temps de dire aux jeunes diplômés du monde entier : bienvenue en Europe.

  • April 28, 2006

    Pourquoi l'Italie n'abandonnera pas l’euro

    Pourquoi l'Italie n'abandonnera pas l’euro

    L'Italie est-elle condamnée à sortir de l'euro ? Deux scénarios semblent possibles : soit un gouvernement italien décide unilatéralement d'abandonner l'euro, soit les marchés forcent l'Italie à sortir de la monnaie unique. La probabilité de voir se réaliser l’un de ces scénarios est très, très faible, aussi bien à moyen qu'à long terme.

  • April 5, 2006

    Italie: une grenouille dans l'eau froide

    Italie: une grenouille dans l'eau froide

    En 15 ans, la part de l'Italie dans les exportations mondiales a perdu un point, passant de 4 à 3%. Depuis le début de l'union monétaire, le volume des exportations italiennes est resté pratiquement plat, alors qu'il augmentait de 25% en Allemagne, de 20% en Espagne et de 10% en France. C'est le résultat d'une compétitivité qui se dégrade rapidement, un problème sérieux pour un pays où, comme en Allemagne, les exportations ont traditionnellement été le principal moteur de la croissance. En 2005, après avoir atteint une moyenne de 1% pendant les quatre dernières années, la croissance est restée au point mort.

  • March 10, 2006

    Allemagne: six bonnes raisons de croire à l’arrivée du printemps

    Allemagne: six bonnes raisons de croire à l’arrivée du printemps

    L'Allemagne est désormais sur la bonne voie. Les réformes de l'administration Schröeder ont marqué une rupture dans la politique économique et celle dans la politique de l’emploi. Les clés de cette ambitieuse politique de l’emploi se trouvent dans la nature préventive des programmes, leur évaluation permanente, une attention nouvelle portée au placement des chômeurs, des contacts plus étroits avec les entreprises, un système d’incitations plus efficace et l’arrêt des programmes qui ne marchaient pas. Non moins décisive fut la décision de conditionner indemnités de chômage et prestations sociales à l’exigence de reprendre un emploi quand l’occasion s’en présente. Ce processus a été accompagné par des baisses d’impôts substantielles, une nouvelle loi sur l’immigration, un allongement des heures d'ouverture des magasins, une réglementation plus libérale de l’artisanat et le retour de la notation négative des élites académiques.

  • Feb. 27, 2006

    Puissances émergentes, puissances gourmandes

    Puissances émergentes, puissances gourmandes

    L’Inde et le Brésil veulent jouer dans la cour des grands. Ils aspirent à obtenir un siège permanent dans un Conseil de Sécurité réformé. Pour eux la mondialisation est une occasion unique de faire coïncider puissance politique et puissance économique. Ils ont fait un pari politique sur la mondialisation, qu’il faut essayer de comprendre.

  • Jan. 17, 2006

    Chili: victoire de la gauche, modernisation de la droite ?

    Chili: victoire de la gauche, modernisation de la droite ?

    La victoire de Michelle Bachelet au Chili peut tout d'abord s'expliquer par une campagne de réelle proximité. Mais il y a plus. La nouvelle présidente exprime l'identification citoyenne à un symbole de résistance et de survie psychologique à la dictature, sans esprit de vindicte. Le père de la présidente, un général proche du président Allende, est mort sous la torture après le coup d'Etat de 1973. Elle-même et sa mère furent torturées et contraintes à l'exil. On comprend que pour certains électeurs, la journée électorale du 15 janvier ait ravivé l'enthousiasme du plébiscite de 1988 sur le maintien de Pinochet au pouvoir.

  • Dec. 13, 2005

    Vers un budget européen au rabais

    Vers un budget européen au rabais

    L'une des questions centrales du dernier sommet européen concerne le fameux chèque britannique. C'est un mécanisme assez complexe, mais en substance la ristourne accordée à la Grande-Bretagne représente environ les deux tiers des contributions nettes au budget communautaire.

  • Dec. 12, 2005

    Chili, Brésil, Mexique: le triomphe du pragmatisme

    Chili, Brésil, Mexique: le triomphe du pragmatisme

    Le 11 décembre, les Chiliens se sont rendus aux urnes. Derrière cet événement, on peut aussi se réjouir d'un phénomène plus discret, mais tout aussi important : la subtile et profonde transformation qui a lieu au Chili et en Amérique Latine, à la suite de l'émergence du pragmatisme économique.