• 13 septembre 2006

    Comment le numérique crée un genre littéraire

    L'anthropophagie entre réalité et reflet numérique, entre la banalité quotidienne et sa projection en technicolor, caractérise la psyché de l'individu moderne et bouleverse la littérature. Deux exemples puisés dans la hotte des 700 romans de la rentrée littéraire en témoignent.

  • 13 septembre 2006

    Sur l'Europe au moins Sarkozy n'est pas partisan de la rupture…

    Vendredi 8 septembre, Nicolas Sarkozy a présenté à Bruxelles sa « nouvelle vision française pour l'Europe ». Un discours placé, comme souvent pour le candidat putatif de l'UMP à l'élection présidentielle, sous le signe de la rupture. Mais Nicolas Sarkozy est-il vraiment l'homme de la rupture ? Rien n'est moins sûr. Son propos s'inscrit en réalité dans la continuité des positions tenues par la France. Pour le meilleur et pour le pire.

  • 12 septembre 2006

    Suez-GDF : politique politicienne contre politique publique

    Il faut écouter les voix qui s'expriment au Parlement, et notamment celle d'élus de l'UMP réputés proches de Nicolas Sarkozy. Ils ont joué un rôle décisif dans la loi débattue ces jours-ci. Ils sont les acteurs d'une formidable régression politique dont il faut craindre dans l’avenir des retombées délétères sur l'intégration européenne, la politique économique et la réforme de l'Etat. Alors qu'au nom des exigences d’investissement nées du nouveau contexte énergétique il était possible de lever la règle des 70% de propriété publique qui limite les mouvements stratégiques de GDF, le gouvernement a choisi une voie autrement plus risquée. Il a élaboré un projet de loi qui mêle transposition de la dernière directive européenne de libéralisation du marché de l'énergie, privatisation de GDF, fusion avec Suez, régulation des prix de l’énergie, missions de service public, et il a enrobé le tout de considérations fumeuses sur le « patriotisme économique ».

  • 11 septembre 2006

    Ce que la gauche francaise peut retenir du New Labour

    Tony Blair chancelle. Avant un an, il aura quitté le pouvoir, et les derniers sondages placent les travaillistes derrière l'opposition conservatrice. Dans ces conditions, quelles leçons la gauche française pourrait-elle tirer des politiques menées par son gouvernement ? Et bien, il y en a beaucoup. Sous Tony Blair, la gauche a gagné trois élections successives. Elle est restée plus longtemps au pouvoir qu'aucune de ses homologues européennes, à l'exception des Suédois. Blair semble devoir achever son mandat avec une popularité en berne, mais à moins que le parti ne s'abandonne à ses dissensions internes, il pourrait très bien remporter à nouveau les élections avec un nouveau chef.

  • 9 septembre 2006

    Comment évaluer les députés européens ?

    Les membres français du Parlement européen (PE) n’ont pas bonne réputation. A Bruxelles comme en France on leur reproche leur faible implication dans les travaux de l’assemblée, pour cause de cumul des mandats, d’intérêt limité pour la chose européenne ou d’opportunisme assumé. Jusqu’à présent, ce type de jugement était essentiellement étayé par le taux de présence des élus en séance plénière. Le site Internet Europa Agora propose désormais une étude plus ambitieuse de « l’engagement » des 78 élus français pour la période 2004-2006.

  • 7 septembre 2006

    Europe : renaissance de la productivité

    Un élément a échappé à l'attention des analystes concernant les statistiques récentes de PIB : la productivité du travail. Ce facteur clé du bien-être économique et ce catalyseur des performances boursières a sérieusement accéléré. La raison de cet aveuglement est la médiocre qualité du système statistique européen : très peu de pays fournissent des données de qualité dans des délais raisonnables, concernant la productivité par employé, sans même parler de la productivité horaire. Inutile de s'en prendre à Eurostat, l'Office européen des statistiques, qui ne peut pas inventer des données qui n'existent pas dans plusieurs grands pays européens. Toutefois, ce n'est pas parce que la productivité est aussi mal mesurée qu'il faut s'en désintéresser. Selon nos propres estimations, la productivité par salarié dans le secteur marchand, qui avait crû au rythme annuel de 0,7% de 1999 à 2005, a atteint 2,0% en rythme annualisé au premier semestre, avec même un pic à 2,4% au second trimestre.

  • 6 septembre 2006

    Pourquoi la Russie n’est toujours pas à l’OMC

    Peu après son accession au pouvoir, Vladimir Poutine avait réactivé la négociation sur l’accession de la Russie à l’Organisation mondiale du commerce. Il affirmait alors vouloir rejoindre l’OMC à l’horizon 2003. Nous sommes en 2006 et les officiels russes nous resservent les discours des années 1990 : c’est pour l’année prochaine. Or, pour y arriver, il va falloir changer d’approche.

  • 5 septembre 2006

    Attac cardiaque

    La démission le 25 août dernier de la direction d'Attac suite aux conclusions du rapport de René Passet faisant état de fraudes et de manipulations commises lors de l'élection ayant conduit en juin dernier à la réélection du président sortant Jacques Nikonoff n'est que le dernier épisode d'une série de crises qui secouent l'association depuis deux ans.

  • 4 septembre 2006

    Contribution sur la valeur ajoutée : une bonne idée en économie fermée...

    Dans son allocution du 14 juillet, le président Chirac a repris son idée d'élargir la base fiscale des contributions sociales des employeurs, en les faisant porter non plus sur les salaires mais sur la valeur ajoutée. L'idée de déconnecter les contributions de la masse salariale afin d'encourager l'emploi n'est pas spécifiquement française. Plus étonnante en revanche est l'idée d'un financement assis sur la valeur ajoutée : en général, c'est au système fiscal général que les Etats font appel pour financer les baisses de charges sociales des employeurs. Le gouvernement allemand a décidé de faire passer la contribution des employeurs à l'assurance-chômage de 6,5 % à 4,5 % et de financer cette baisse par des recettes du système fiscal général.

  • 1 septembre 2006

    La cagnotte est de retour...

    En 1999, la croissance économique battait son plein. Les Français gagnaient et dépensaient plus et, bien sûr, les recettes fiscales augmentaient. Comme par enchantement, le déficit budgétaire se réduisait et la dette publique augmentait moins vite que le revenu national. Fin tacticien mais piètre économiste, toujours obsédé par son boulot de dans deux ans, Chirac piégeait Jospin. Dans son allocution du 14 juillet, il feignait de découvrir une cagnotte et exigeait de « rendre aux Français une part de ce que l'on leur a pris ».

  • 12 août 2006

    Poutine va-t-il renoncer à l'économie de marché?

    Poutine va-t-il renoncer à l'économie de marché?

    L'accord signé entre Poutine et Bush sur l'accession de la Russie à l'OMC ne doit pas faire illusion, car à en juger par les dernières interventions du président russe, on peut craindre que l'économie russe ne retrouve les mauvaises habitudes des années Brejnev.

  • 21 juillet 2006

    La mouvance Hezbollah, une internationale liée à l'Iran

    Dans les milieux islamistes chiites, le terme Hezbollah désigne une mouvance internationale faite d'organisations et d'individus qui se connaissent, entretiennent des relations régulières et, surtout, sont liés par une relation organique à l'Iran. Cette relation organique la distingue d’autres courants islamistes chiites. Le parti iraquien Daawa, par exemple, entretient avec Téhéran une relation essentiellement tactique basée sur la défense d'intérêts ponctuels communs et non sur une dépendance financière ou idéologique. Contrairement à la mouvance Hezbollah d’ailleurs, Daawa n'adhère pas au principe du gouvernement du docteur de la loi (wilayat al-faqih) qui fonde la République islamique d'Iran. Si ses dirigeants révèrent l'ayatollah Khomeyni pour le rôle politique et religieux central qu'il a joué, ils ont d'autres références religieuses tout aussi importantes, en particulier l'Iraquien Mohammed Baqer al-Sadr, assassiné par le régime de Saddam Hussein en 1980, mais aussi le Libanais Mohammed Hussein Fadlallah.

  • 13 juillet 2006

    Gauche et libéralisation font parfois très bon ménage : l'exemple italien

    Le gouvernement Prodi et plus particulièrement le ministre Bersani ont déclaré la guerre aux catégories protégées, ou tout au moins à certaines d'entre elles. La liste est impressionnante : les banques, les compagnies d'assurance, les avocats, les notaires, les chauffeurs de taxi, les commerçants, les pharmaciens... Ce n'est pas une révolution, mais un simple décret (qui requiert un vote parlementaire pour entrer en application) contenant une série de menus changements dont certains devraient produire un résultat significatif : tout simplement de se débarrasser d'anomalies qui n'ont pas beaucoup de sens économique. Prenons quelques exemples.

  • 12 juillet 2006

    Prêt étudiant à taux zéro : cette bonne idée qui fait enfin son chemin !

    Prêt étudiant à taux zéro : cette bonne idée qui fait enfin son chemin !

    Le benjamin de l’Assemblée nationale, Laurent Wauquiez, vient de proposer différentes mesures pour toiletter le système d’aide aux étudiants dans le rapport qu’il vient de remettre à Dominique de Villepin. Parmi les mesures proposées,la possibilité de prêts à taux zéro à destination des étudiants. S’il est un constat communément partagé, c’est bien celui d’une spécificité française en matière d’aide aux étudiants tant par sa modestie que par l’absence de prêt. Cette dernière est une aberration économique alors même que les années d’études constituent un investissement dont le rendement se fera sentir sur l’ensemble du cycle de vie.

  • 12 juillet 2006

    Le plan pour l'emploi des seniors et ses zones d'ombre

    La faiblesse du taux d’emploi des seniors compte pour moitié dans le problème de l’emploi en France. Le plan pour l’emploi des seniors entend apporter une réponse à un diagnostic indiscutable. Y parvient-il ? -->

  • 11 juillet 2006

    Vers un nouveau modèle de capitalisme industriel mondialisé

    Quelles leçons les grands groupes peuvent-ils tirer de l'affaire Mittal-Arcelor ?

  • 10 juillet 2006

    Pourquoi la Corée du Nord lance ses missiles

    Pourquoi la Corée du Nord lance ses missiles

    Le 5 juillet à l'aube, heure de Pyongyang, les Nord-Coréens tirent leurs premiers missiles. A Washington, c'est le soir du 4 juillet, et les Américains célèbrent leur fête nationale à grand renfort de pétards et de feux d'artifice. Le gouvernement de Kim Jong-il a le goût de l'à-propos et un sens particulier de la farce. L'intention symbolique est limpide, quand bien même le Département d'Etat feint de ne pas la comprendre (« Pourquoi le 4 juillet ? Aucune idée, demandez à Kim Jong-il »). Les Nord-Coréens s'adressent d'abord et avant tout au gouvernement de George Bush. Le choix du 4 juillet contient aussi un autre symbole, plus ambigu. Si Independence Day est une fête de la liberté autrefois acquise à la couronne britannique, il est moins sûr que les tirs de missiles nord-coréens soient la manifestation d'une véritable indépendance de Pyongyang sur la scène internationale. Certes, Pyongyang est un électron libre dans l'espace de la politique mondiale, un « Etat-voyou » qui ne se sent lié par aucune sorte de contrat social établi à l'échelle globale. Mais la Corée du Nord est-elle vraiment, absolument, autonome ? Ses efforts déployés pour susciter une réaction des Etats-Unis ne sont-ils pas l'illustration, au contraire, de sa dépendance, ou plus précisément de sa position paradoxale dans un monde globalisé ?

  • 7 juillet 2006

    Et si les OPAs étaient utiles ?

    Les actionnaires d'Arcelor ont tranché. Réunis le 30 juin en assemblée générale extraordinaire, ils ont repoussé avec vigueur le projet de fusion avec le russe Severstal que soutenait la direction. Très probablement, ils lui préfèreront l'offre de Lakshmi Mittal, magnat indien de la sidérurgie. Il faut dire que celle-ci est alléchante, puisqu'elle valorise Arcelor à plus de 20 milliards d’euros, contre 10 seulement au début de l’année.

  • 6 juillet 2006

    La Teuf et le frisson de la démesure

    Plus d'été sans que retentissent les décibels des teknivals. Ces manifestations rassemblent des milliers de jeunes adultes (40 000 sur l'aérodrome de Vannes-Meucon le week-end du 1er juillet), déambulant en voitures ou camions collectifs, émanant de tous les coins de France avec leur équipement pour un séjour dans un espace de « nowhere » : duvet, lampe de poche, jerricane d'eau. Les munitions indispensables de ces virées, pourtant, n'empruntent rien au caractère champêtre du camping : ce sont d’abord les adjuvants (alcool fort et drogues, ecstasy en premier) qui amplifient l'effet sensoriel de la musique techno. On les prend pour s'étourdir, se laisser porter par la musique à fond la caisse, mais aussi pour résister pendant plusieurs jours au manque de sommeil et à la fatigue. Les statistiques sur la consommation d'alcool et de drogues font frémir, mais ces excès sont fédérés par un fait social : la culture de la fête (la teuf en verlan), de la déjante, chez un nombre croissant d'adolescents et de post-adolescents. Les free-parties de l'été en constituent l'acmé, mais beaucoup d'autres occasions de débordements jalonnent l’année.

  • 5 juillet 2006

    Taxation des facteurs mobiles : non à la double peine

    A l’occasion de ses vœux aux forces vives de la Nation en janvier 2006, le Président de la République a souhaité que le financement de la protection sociale soit assuré par un prélèvement reposant sur une « assiette plus juste et plus favorable à l’emploi ». L’idée directrice, en apparence rationnelle, est que le coût du travail est trop élevé et qu’il pénalise l’emploi et qu’il faut donc substituer aux cotisations sur les salaires d’autres prélèvements. Ainsi la « contribution sur la valeur ajoutée », une vieille lanterne du débat français, serait un prélèvement sur la valeur ajoutée créée par les entreprises. Le Président a également mentionné du bout des lèvres la TVA sociale qui consiste tout simplement à augmenter l’impôt sur la consommation comme vont le faire en 2007 nos voisins allemands. En réalité, ce débat se résume à la double peine dont est frappé un gouvernement tentant de taxer les assiettes mobiles dans un contexte mondialisé : les plus mobiles s’en vont et la charge de l’impôt se reporte in fine sur ceux qui restent.