Unité mais risque générationnel dans le camp républicain ? (États-Unis, 2) edit

Nov. 28, 2017

Si les Core Conservatives ou noyau dur républicain constituent le pôle structurant des électeurs engagés politiquement en faveur du parti républicain, ils n’en représentent que 20% des 45% comme nous l’avons vu dans l’article précédent. En quoi les trois autres groupes proches de ce parti – les Country First Conservatives, les Market Skeptik Republicans et les New Era Enterprisers (respectivement 6,10 et 9% du total) se distinguent-ils des Core Conservatives ?

Base idéologique commune au camp républicain mais lignes de faille

Les Core Conservatives agrègent autour d’eux trois autres groupes sur des valeurs qui fondent l’unité relative de l’électorat républicain. Outre leur proximité partisane et leur approbation globale de Donald Trump ainsi que leur rejet massif d’Hillary Clinton, ces électeurs sont très majoritairement des protestants blancs, qui ont des opinions positives à l’égard des églises et organisations religieuses. Ils sont favorables à un gouvernement modeste et partagent le même rejet de toute augmentation des aides et allocations aux plus pauvres qu’ils accusent de profiter de ces aides pour ne pas travailler. Ils se rejoignent sur la situation des Noirs, estimant que la discrimination à leur encontre est fortement exagérée et que de grands progrès dans ce domaine ont déjà été réalisés. Vision qu’ils partagent aussi sur la situation des femmes. Ce sont ces éléments qui constituent la base idéologique du camp républicain.

En dehors de ce noyau dur idéologique, deux groupes, les Country First Conservatives et les New Era Enterprisers convergent avec les Core Conservatives, mais sur des thèmes et des valeurs différentes, voire opposées.

« America first » pour les conservateurs les plus âgés : Les Country first Conservatives et les Core conservatives sont les plus engagés en faveur du parti républicain et de Donald Trump ; ils sont en même temps les plus hostiles à Barack Obama. Ces deux groupes sont les plus âgés, et ceux qui comptent la plus forte proportion de Blancs non-hispaniques, de protestants, et particulièrement d’évangélistes plus pratiquants et plus désireux de fonder l’action du Gouvernement sur des valeurs religieuses. Ils sont hostiles au libéralisme culturel et à la défense de l’environnement. Ils estiment que le Gouvernement n’a pas à s’assurer que tous les Américains ont une couverture sociale. Ils pensent que les États-Unis sont le plus grand pays du monde et qu’ils doivent d’abord compter sur leur force militaire. « America First » est leur mot d’ordre commun. Ils privilégient par ailleurs le même mode de vie. La seule différence notable entre les deux groupes est la plus forte hostilité des Country First Conservatives à l’immigration et leur plus fort attachement à la préservation de l’identité nationale.

Société immuable, travail et valeurs religieuses pour les New Era Enterprisers. Les proximités politiques et idéologiques entre les New Era Enterprisers et les Core Conservatives se situent dans d’autres domaines. Les deux groupes ont un niveau de vie élevé et sont satisfaits de leur situation économique : ils pensent que les Américains vivent mieux aujourd’hui qu’hier. Ils privilégient le travail, estimant que celui qui veut réussir le peut. Ils ne trouvent pas que le système économique favorise les gros intérêts ni que les profits des entreprises sont d’un niveau déraisonnable.

Les Core Conservatives communiant avec les Country First sur les valeurs religieuses, sur la perpétuation du statut de puissance dominante des États-Unis et sur le refus des évolutions de la société américaine, et partageant avec les New Era enterprisers les valeurs du libéralisme économique, on comprend comment cette double conjonction a fortement contribué à la victoire de Donald Trump.

Libéralisme culturel et ouverture au monde pour les New Era Enterprisers et les Market Sceptik Republicans. Les proximités qui apparaissent entre les New Era Enterprisers et les Market Sceptik Republicans risquent à terme d’affaiblir la domination des Core Conservatives sur le camp républicain, voire à provoquer son éclatement. En effet, ces deux groupes sont les plus jeunes. Ils partagent les valeurs nouvelles qui se développent dans le monde occidental avec le renouvellement des générations. Ils sont plus critiques à l’égard de certains comportements et actions de Donald Trump et ne témoignent pas du même rejet vis-à-vis de Barack Obama.

Ces deux groupes comprennent la plus forte minorité détachée de la religion et ouverte au libéralisme culturel. Ils sont favorables à l’établissement d’une couverture sociale pour tous les Américains et à une certaine régulation de l’activité économique. Ils sont plutôt favorables aux syndicats. Par ailleurs, Ils admettent la réalité du réchauffement climatique et sont favorables à la défense de l’environnement. Enfin, ils estiment que les États-Unis ne sont plus la seule puissance dominante et qu’il faut tenir compte des positions des alliés des États-Unis, privilégiant la diplomatie dans les relations internationales. Contrairement aux deux autres groupes, ils estiment que la réussite de leur pays est due à son aptitude au changement et non à sa fidélité aux principes établis.

Des conservateurs hostiles au système économique américain. Les Market Sceptik Républicans est le groupe le plus éloigné des Core Conservatives et plus généralement des trois autres groupes.  Il se distingue en effet par ses positions nettement hostiles au système économique américain. Il critique les institutions financières, estime que les inégalités sont un gros problème et que le système économique favorise les puissants. Il est favorable à l’augmentation des impôts sur les entreprises dont il estime les profits trop importants. Enfin il est le moins engagé politiquement, estimant que son vote ne lui permet pas d’influer sur la politique gouvernementale. Il a, lui aussi, tendance à rendre les Noirs responsables de leur propre situation. C’est sans doute la proportion relativement forte de protestants et de Blancs non-hispaniques dans ce groupe qui le rapproche du parti républicain.

Des républicains socialement démocrates : Certaines positions et opinions des New Era Enterprisers pourraient également affaiblir à terme l’unité du camp républicain. Les membres de ce groupe sont en effet particulièrement favorables à une économie ouverte et à l’immigration, mais aussi à une régulation du système économique. Ils souhaitent la poursuite des efforts en faveur de l’égalité des droits entre les Blancs et les Noirs. Enfin, ils comptent une forte minorité d’hispaniques.

Un risque générationnel défavorable à Trump

De l’ensemble de ces données, il ressort que si les républicains ont en commun d’être en grande majorité des protestants blancs, peu favorables à l’intervention de l’État en matière économique et sociale, et peu sensibles aux discriminations sociales, en particulier à celles dont souffrent les Noirs et les femmes ; et s’ils estiment dans l’ensemble que la réalisation du rêve américain est à la portée de tous et que la libre entreprise doit être défendue, il faut en revanche noter que le renouvellement des générations produit des ruptures au sein de cette population qui pourraient à l’avenir affaiblir le camp républicain, du moins tel qu’il est aujourd’hui représenté et dirigé  par Donald Trump.

Le poids de la religion et des principes traditionnels n’est plus le même au sein des nouvelles générations, qu’il s’agisse de l’évolution des mœurs, de la vision de la société, du statut des États-Unis comme grande puissance, et de son ouverture au monde.

En outre, tous les groupes, à l’exception des Core Conservatives, reconnaissent l’existence d’un problème d’inégalités dans leur pays. L’influence des conservateurs les plus religieux pourrait aussi diminuer chez les républicains. Politiquement enfin, une part importante des deux groupes les plus jeunes ont une opinion à l’égard d’Obama nettement plus favorable qu’à l’égard d’Hillary Clinton, ce qui laisse penser qu’un meilleur candidat démocrate aurait pu battre Donald Trump.

Il nous restera dans un dernier article à nous pencher sur l’unité et la diversité de l’électorat démocrate puis à mesurer quelles évolutions prodondes au sein de la société américaine pourraient à terme transformer le rapport de force entre républicains et démocrates.