• July 16, 2015

    Migrations maritimes: ouvrir les possibles, penser les solutions

    Oui, il existe des solutions alternatives à la (non)politique migratoire européenne qui démontre quotidiennement ses limites. Ces solutions, allant de simples ajustements techniques des dispositifs de contrôle qui existent déjà à des mesures radicalement progressistes, sont portées par une multitude d’acteurs issus de la société civile, de la recherche, du monde politique et d’organisations internationales.

  • July 13, 2015

    Grèce: et si on essayait le modèle hawaïen?

    Dans le débat sur le sauvetage de la Grèce, les dépenses militaires grecques sont parfois mentionnées, mais rarement une solution est avancée. Cet article en suggère deux. Une alliance militaire franco-grecque qui participerait au maintien de la Grèce dans l’Europe et dans la zone euro ; le modèle hawaïen (Pearl Harbour + tourisme) pour la Grèce.

  • July 10, 2015

    Européens, qui sommes-nous ?

    L’accord qui se profile ne sera pas le point final de la crise grecque. Elle ne date pas, d’ailleurs, des cinq dernières années. Et le débat sur l’austérité ne la résume pas. Ce que montre surtout cette crise, ce sont les dysfonctionnements de l’Union européenne et la difficulté de s’entendre sur les termes de la solidarité entre les États et entre les peuples.

  • July 8, 2015

    Le fédéralisme belge: un pari risqué?

    La Belgique est un cas d’école pour la science politique. Elle donne l’exemple d’un Etat unitaire qui se réforme, depuis 1970, en un Etat fédéral pour maintenir la paix civile et assurer plus d’autonomie à ses parties constituantes. Mais cette recherche d’autonomie donne l’impression de ne plus pouvoir s’arrêter sur une pente de plus en plus glissante susceptible de mener au confédéralisme ou à la partition pure et simple.

  • July 7, 2015

    Grèce: et maintenant?

    Faire comme si de rien n’était et reprendre les négociations là où elles étaient avant la décision d’organiser le référendum paraît hautement irréaliste. L’option du Grexit apparaît de plus en plus comme la seule option possible.

  • July 6, 2015

    La diplomatie russe ou la nostalgie du Congrès de Vienne

    Le 200e anniversaire du Congrès de Vienne qui s’est achevé en juin 1815 est passé presque inaperçu alors que la bataille de Waterloo était célébrée, parfois au-delà de toute mesure. C’est dommage et pas seulement pour des raisons historiques. Le Congrès de Vienne, qui refaçonna l’Europe après les défaites napoléoniennes, revêt une actualité dont on ne doit pas seulement se féliciter. Son but principal était en effet de rétablir les puissances européennes dans leurs prérogatives et d’assurer un statu quo territorial entre les Etats et un statu quo politico-social à l’intérieur des Etats. Regardons du côté de la Russie et on constatera dans la diplomatie de Vladimir Poutine une nostalgie du Congrès de Vienne, comme symbole entre des puissances maintenant l’ordre en Europe.

  • July 2, 2015

    La Grèce et la malédiction des pays aidés

    Depuis qu’elle est membre de l’Union européenne, la Grèce a bénéficié de transferts assez massifs, avoisinant les 4 à 5% de son PIB chaque année, via les fonds structurels ou la politique agricole commune. Son inclusion dans la zone euro, par les taux d'intérêt très bas qu’elle a permis au moins jusqu'à la crise de 2008, a occasionné un autre transfert, implicite celui-ci, de plus de la moitié du précédent. On lit partout que la Grèce n’a pas su profiter de ces transferts pour s’adapter, c'est-à-dire développer une base productive solide lui assurant un développement autonome. Et on agonit ses élites pour leur irresponsabilité. Avec ce schéma en tête, les pays partenaires ne peuvent que douter de la capacité du gouvernement grec d’irriguer correctement vers le pays toute libéralité qui leur serait fait

  • July 1, 2015

    Les enjeux du referendum grec… s’il a lieu !

    Le président de la Commission européenne a dit la vérité sur le prochain referendum grec. Il en a donné le sens, à l’opposé de celui que lui donne le gouvernement grec.

  • June 30, 2015

    Quelle politique économique pour la Grèce? Une réponse à Elie Cohen

    Comme toujours, Elie Cohen nous offre une analyse lucide de la crise grecque et arrive aux bonnes conclusions. Enfin, presque. C’est vrai que la Grèce a laissé ses coûts de production dériver jusqu’au moment où elle a été frappée en plein vol par la crise. C’est vrai que c’est un pays qui exporte peu et plutôt mal. Mais la bonne réponse ne peut pas être de prôner diverses formes de politique industrielle, et ce pour quatre raisons.

  • June 26, 2015

    Leçons grecques pour l’Europe

    Que faut-il faire, au-delà de la crise présente, pour que la Grèce soit durablement ancrée en Europe et en Eurozone? Et au-delà que faire pour que d'autres pays au sein de l’Eurozone ne connaissent pas le sort de la Grèce? Cinq principes se dégagent de la double expérience du quasi-défaut grec et des faiblesses révélées par la crise de l’architecture de Maastricht.

  • June 25, 2015

    La tragédie grecque, ou l’art de donner du temps au temps

    À s’en tenir aux termes officiels du débat, on a du mal à garder son sérieux et à trouver une justification à une négociation qui a détruit, en cinq mois, plus de valeur pour l’économie grecque que le montant total des concessions arrachées lors du nième sommet de la dernière chance. En fait, lorsqu’on traite de la crise grecque, on confond en permanence trois horizons.

  • June 24, 2015

    De la Magna Carta au Brexit: les droits fondamentaux au Royaume-Uni

    Si l’on évoque beaucoup la perspective d’un référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne en 2017, la question du rapport qu’entretient ce pays avec la Cour européenne des droits de l’homme est plus discrète. Pourtant, en cette année où l’on fête le 800e anniversaire de l’adoption en 1215 de la Magna Carta, le gouvernement britannique entend remplacer le Human Rights Act de 1998 par une nouvelle British Bill of Rights. Cela peut apparaître un pur jeu de mots et pourtant, ce qui est en cause n’est rien de moins que l’adhésion du Royaume-Uni à la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

  • June 22, 2015

    Waterloo et nous

    Le gouvernement français n’a pas voulu être représenté à un niveau plus élevé que celui de son ambassadeur aux cérémonies du bicentenaire de la bataille de Waterloo. Jean-Yves le Drian, le ministre de la Défense, quelque peu gêné, a plaidé, pour justifier sa position, que ce n’était « quand même pas une victoire de la France ». Quant à l’ancien ministre Yves Jégo, autre admirateur de l’Empereur, il a estimé qu’un ministre aurait dû être présent « pour montrer qu’on n’a pas oublié et qu’au fond on célébrait la paix ». Ces déclarations contradictoires traduisent la difficulté qu’éprouvent encore aujourd’hui les Français à donner une claire signification à la bataille de Waterloo.

  • June 19, 2015

    Pour une politique européenne de la donnée

    La Commission européenne a fait du marché unique numérique l’une de ses priorités, avec comme objectif de « supprimer les obstacles pour exploiter pleinement les possibilités offertes par internet ». Fort bien. Mais on peut se demander si les barrières réglementaires dont s’inquiète le Commissaire Günther Oettinger sont vraiment le sujet. Elles n’ont pas empêché les grandes plateformes américaines de prendre des positions quasi-monopolistiques dans la plupart des pays de l’UE. Une politique plus ambitieuse est possible.

  • June 15, 2015

    La victoire des conservateurs et l’avenir de la Grande-Bretagne en Europe

    David Cameron est sorti renforcé des élections. Quelles sont les conséquences de ce résultat sur la relation de la Grande-Bretagne avec les autres pays de l'Union européenne, qui est l'un des deux enjeux cruciaux auxquels est confronté le nouveau gouvernement - l'autre étant celui de la place de l'Écosse au sein du Royaume-Uni ?

  • June 11, 2015

    Le «No Way» de David Cameron

    Faute d’avoir un réel intérêt à bouleverser l’ordre établi, David Cameron, s’il veut agir en serviteur loyal des intérêts britanniques, est condamné à renverser la vapeur et à changer au plus vite de discours. Incapable d’avoir ce qu’il aimerait, et ne parvenant pas même à s’en faire une idée claire, le Premier ministre britannique doit au plus vite apprendre, et faire apprendre à ces concitoyens, à aimer ce qu’il a.

  • June 10, 2015

    L’Europe à venir... tarde à venir

    Pour donner toutes ses chances à l'UE et éviter plusieurs « sorties » possibles, il faut un changement radical dans les institutions et les politiques. Cela devrait être le sujet du document des « quatre présidents ». Mais le risque est que les gouvernements nationaux préfèrent ne rien faire, en s’en remettant à la BCE.

  • June 2, 2015

    Les prochains défauts de paiement de la Grèce

    Il est peu probable que la Grèce et ses créditeurs parviennent à se mettre d’accord à temps pour éviter des défauts en série. Sans accord, personne ne prêtera à la Grèce l’argent dont elle a besoin pour rembourser des prêts précédents qui arrivent à maturité. Que se passera-t-il alors ? Il semble que tout dépendra des choix de la BCE. La littérature économique fournit deux enseignements utiles : les défauts sur des dettes publiques sont fréquents et banals ; historiquement, la Grèce est le pays qui a fait le plus de défauts. Ce qui est nouveau c’est que les défauts à venir se produiront au sein d’une union monétaire.

  • May 29, 2015

    Les migrations maritimes ou l’insupportable ressac

    Le naufrage du 19 avril dernier qui a entraîné la mort de plus de 800 migrants au large des côtes libyennes, réactive une nouvelle fois un scénario politique bien huilé : l’Union européenne apporte systématiquement une réponse « sécuritaire » - située entre des opérations qui, tout en étant soumises au droit maritime et donc à l’obligation de porter secours aux embarcations en détresse, visent à surveiller les frontières et éloigner les migrants - à une question humanitaire. Décodage.

  • May 22, 2015

    Syriza et l’UE après la première longue bataille: bilan des négociations

    Le gouvernement grec a dans l’ensemble adopté  une orientation appropriée dans la négociation. Le pilier central de cette orientation stratégique porte un nom : la modération. L’équipe grecque a échoué à convertir une stratégie générale bien choisie en objectifs clairs, hiérarchisés et faciles à défendre – et pas seulement parce qu’elle parlait un langage idéologique et économique différent de celui des autres Européens.