• June 30, 2015

    Quelle politique économique pour la Grèce? Une réponse à Elie Cohen

    Comme toujours, Elie Cohen nous offre une analyse lucide de la crise grecque et arrive aux bonnes conclusions. Enfin, presque. C’est vrai que la Grèce a laissé ses coûts de production dériver jusqu’au moment où elle a été frappée en plein vol par la crise. C’est vrai que c’est un pays qui exporte peu et plutôt mal. Mais la bonne réponse ne peut pas être de prôner diverses formes de politique industrielle, et ce pour quatre raisons.

  • June 26, 2015

    Leçons grecques pour l’Europe

    Que faut-il faire, au-delà de la crise présente, pour que la Grèce soit durablement ancrée en Europe et en Eurozone? Et au-delà que faire pour que d'autres pays au sein de l’Eurozone ne connaissent pas le sort de la Grèce? Cinq principes se dégagent de la double expérience du quasi-défaut grec et des faiblesses révélées par la crise de l’architecture de Maastricht.

  • June 25, 2015

    La tragédie grecque, ou l’art de donner du temps au temps

    À s’en tenir aux termes officiels du débat, on a du mal à garder son sérieux et à trouver une justification à une négociation qui a détruit, en cinq mois, plus de valeur pour l’économie grecque que le montant total des concessions arrachées lors du nième sommet de la dernière chance. En fait, lorsqu’on traite de la crise grecque, on confond en permanence trois horizons.

  • June 24, 2015

    De la Magna Carta au Brexit: les droits fondamentaux au Royaume-Uni

    Si l’on évoque beaucoup la perspective d’un référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne en 2017, la question du rapport qu’entretient ce pays avec la Cour européenne des droits de l’homme est plus discrète. Pourtant, en cette année où l’on fête le 800e anniversaire de l’adoption en 1215 de la Magna Carta, le gouvernement britannique entend remplacer le Human Rights Act de 1998 par une nouvelle British Bill of Rights. Cela peut apparaître un pur jeu de mots et pourtant, ce qui est en cause n’est rien de moins que l’adhésion du Royaume-Uni à la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

  • June 22, 2015

    Waterloo et nous

    Le gouvernement français n’a pas voulu être représenté à un niveau plus élevé que celui de son ambassadeur aux cérémonies du bicentenaire de la bataille de Waterloo. Jean-Yves le Drian, le ministre de la Défense, quelque peu gêné, a plaidé, pour justifier sa position, que ce n’était « quand même pas une victoire de la France ». Quant à l’ancien ministre Yves Jégo, autre admirateur de l’Empereur, il a estimé qu’un ministre aurait dû être présent « pour montrer qu’on n’a pas oublié et qu’au fond on célébrait la paix ». Ces déclarations contradictoires traduisent la difficulté qu’éprouvent encore aujourd’hui les Français à donner une claire signification à la bataille de Waterloo.

  • June 19, 2015

    Pour une politique européenne de la donnée

    La Commission européenne a fait du marché unique numérique l’une de ses priorités, avec comme objectif de « supprimer les obstacles pour exploiter pleinement les possibilités offertes par internet ». Fort bien. Mais on peut se demander si les barrières réglementaires dont s’inquiète le Commissaire Günther Oettinger sont vraiment le sujet. Elles n’ont pas empêché les grandes plateformes américaines de prendre des positions quasi-monopolistiques dans la plupart des pays de l’UE. Une politique plus ambitieuse est possible.

  • June 15, 2015

    La victoire des conservateurs et l’avenir de la Grande-Bretagne en Europe

    David Cameron est sorti renforcé des élections. Quelles sont les conséquences de ce résultat sur la relation de la Grande-Bretagne avec les autres pays de l'Union européenne, qui est l'un des deux enjeux cruciaux auxquels est confronté le nouveau gouvernement - l'autre étant celui de la place de l'Écosse au sein du Royaume-Uni ?

  • June 11, 2015

    Le «No Way» de David Cameron

    Faute d’avoir un réel intérêt à bouleverser l’ordre établi, David Cameron, s’il veut agir en serviteur loyal des intérêts britanniques, est condamné à renverser la vapeur et à changer au plus vite de discours. Incapable d’avoir ce qu’il aimerait, et ne parvenant pas même à s’en faire une idée claire, le Premier ministre britannique doit au plus vite apprendre, et faire apprendre à ces concitoyens, à aimer ce qu’il a.

  • June 10, 2015

    L’Europe à venir... tarde à venir

    Pour donner toutes ses chances à l'UE et éviter plusieurs « sorties » possibles, il faut un changement radical dans les institutions et les politiques. Cela devrait être le sujet du document des « quatre présidents ». Mais le risque est que les gouvernements nationaux préfèrent ne rien faire, en s’en remettant à la BCE.

  • June 2, 2015

    Les prochains défauts de paiement de la Grèce

    Il est peu probable que la Grèce et ses créditeurs parviennent à se mettre d’accord à temps pour éviter des défauts en série. Sans accord, personne ne prêtera à la Grèce l’argent dont elle a besoin pour rembourser des prêts précédents qui arrivent à maturité. Que se passera-t-il alors ? Il semble que tout dépendra des choix de la BCE. La littérature économique fournit deux enseignements utiles : les défauts sur des dettes publiques sont fréquents et banals ; historiquement, la Grèce est le pays qui a fait le plus de défauts. Ce qui est nouveau c’est que les défauts à venir se produiront au sein d’une union monétaire.

  • May 29, 2015

    Les migrations maritimes ou l’insupportable ressac

    Le naufrage du 19 avril dernier qui a entraîné la mort de plus de 800 migrants au large des côtes libyennes, réactive une nouvelle fois un scénario politique bien huilé : l’Union européenne apporte systématiquement une réponse « sécuritaire » - située entre des opérations qui, tout en étant soumises au droit maritime et donc à l’obligation de porter secours aux embarcations en détresse, visent à surveiller les frontières et éloigner les migrants - à une question humanitaire. Décodage.

  • May 22, 2015

    Syriza et l’UE après la première longue bataille: bilan des négociations

    Le gouvernement grec a dans l’ensemble adopté  une orientation appropriée dans la négociation. Le pilier central de cette orientation stratégique porte un nom : la modération. L’équipe grecque a échoué à convertir une stratégie générale bien choisie en objectifs clairs, hiérarchisés et faciles à défendre – et pas seulement parce qu’elle parlait un langage idéologique et économique différent de celui des autres Européens.

  • May 15, 2015

    Monnet… au risque du Brexit

    Charles Wyplosz pratique avec subtilité l’art de la provocation... à la réflexion. Si l’enjeu du prochain référendum britannique était d’éviter le Brexit en calmant la furie régulatrice des technocrates bruxellois, il faudrait assurément donner satisfaction aux Britanniques. Mais le risque de Brexit justifie que l’on renonce à Monnet?

  • May 13, 2015

    Les élections britanniques: une chance pour l’Europe?

    Il y aura bien un référendum sur l’Europe en Grande-Bretagne, c’est la conséquence immédiate de la réélection de David Cameron. Pour de nombreux commentateurs, les jeux sont faits et il y aura bien un Brexit. Mais auparavant, il faudra bien négocier et, quelle que soit l’issue du vote britannique, il peut se passer des choses utiles.

  • April 30, 2015

    Cameron’s gamble, ou le risque du brexit selon Roger Liddle

    Roger Liddle, président du think tank progressiste Policy Network, vient de publier un texte du plus grand intérêt, The Risk of Brexit, sur l’évolution des positions du parti conservateur  à propos de l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne et sur la gestion par le Premier ministre, David Cameron, de cet enjeu fondamental. Les élections législatives qui auront lieu le 7 mai prochain seront cruciales pour l’avenir de la relation de ce pays à l’UE. Cameron pourra-t-il obtenir une majorité parlementaire puis mener à bien sa politique européenne?

  • April 29, 2015

    L’Europe et Gazprom: la puissance par le droit

    En déclenchant une procédure pour abus de position dominante contre Gazprom, Margrethe Vestager remplit fidèlement sa mission de Commissaire européen à la concurrence : elle défend le droit de la concurrence des traités fondateurs, le marché unique et les intérêts du consommateur. Mais elle promeut en outre les intérêts internationaux de l’Union : la solidarité entre l’est et l’ouest du continent, la crédibilité des sanctions contre la Russie et la politique européenne de voisinage. Désormais, pour l’Union, le droit de la concurrence est non seulement un instrument à usage interne mais aussi un levier d’influence dans le monde.

  • April 27, 2015

    Les trois âges de l’impuissance européenne

    L’Europe est sortie de l’Histoire quelque part entre 1939 et 1945. Depuis lors, elle n’en n’a jamais retrouvé le chemin. Son impuissance internationale, diplomatique ou militaire, est bien le fil rouge de son destin au cours de son passé récent.

  • April 16, 2015

    Le Brest-Litovsk de Vladimir Poutine

    La crise ukrainienne est loin d’être terminée. La crainte est que Vladimir Poutine n’attende qu’un prétexte pour lancer une offensive qui lui permettrait d’atteindre deux objectifs : sur le terrain d’établir une continuité terrestre entre la Russie et la Crimée, annexée il y a un an, et sur le plan diplomatique de forcer les Européens et les Américains à une négociation plus large sur une nouvelle architecture de sécurité sur le continent.

  • April 14, 2015

    Assouplissement quantitatif dans la zone euro: c’est possible sans transferts budgétaires

    La BCE a du mal à mettre en œuvre un programme d’assouplissement quantitatif (QE) qui ciblerait avec succès la déflation. La principale difficulté est politique, avec l’opposition des institutions allemandes. Leur argument est qu’un programme d’achat d’obligations d’État par la BCE mélangerait les politiques budgétaire et monétaire. On peut soutenir le contraire : un tel programme peut être structuré de façon à ne pas les mélanger – et donc à limiter le risque pour les contribuables allemands…

  • April 10, 2015

    Mythes et réalités de la présence allemande au sein des institutions européennes

    Au sein des institutions européennes, les Allemands occupent un grand nombre de postes clés et cette position s’est renforcée au cours de la période récente. La tentation est forte dans certains pays de pointer le retour d’une volonté de domination à l’échelle européenne. Il faut pourtant réduire l’écart entre la réalité de la présence allemande au sein des institutions et les interprétations, excessives, qui en sont données.