Egypte: à quoi joue Morsi ? edit

Dec. 3, 2012

La vie politique égyptienne a connu ces derniers jours un regain de tensions. Le président Mohammed Morsi, tout auréolé du succès de son entremise dans le conflit israélo-palestinien, a fait un coup de force : il s’est arrogé, par une « Déclaration constitutionnelle », le pouvoir d’édicter des lois et des décrets qui échappent à la censure des tribunaux et a interdit à la Haute Cour constitutionnelle de se prononcer sur toute demande relative à la Commission constitutionnelle, alors occupée à rédiger le projet de Constitution. Cette déclaration devrait aussi permettre de juger une nouvelle fois  des responsables du régime précédent, c’est-à-dire de les condamner à des lourdes peines, puisqu’on doute qu’il s’agisse de les rejuger pour les absoudre. Enfin, il a en profité pour limoger à nouveau le Procureur général. C’est la troisième fois, déjà, que le président Morsi tente un coup de force : il y a eu, tout d’abord, la tentative de rétablir le Parlement dissout à la suite d’une décision de la Haute Cour constitutionnelle et, ensuite, le premier limogeage du Procureur général. Chaque fois le président a dû revenir sur ses décisions. Pour l’instant, malgré d’assez importantes manifestations, il n’est pas revenu sur celle-ci. Il n’y a pas intérêt, car il s’agit d’une décision charnière : elle est censée permettre la stabilisation de la vie politique dans un équilibre favorable aux Frères musulmans.

S’agit-il de la preuve que ces derniers ne sont pas des démocrates ? C’est, à tout le moins, l’indice qu’ils ne sont pas des démocrates scrupuleux. Cela dit, il n’est possible à personne d’être un démocrate scrupuleux dans une situation de crise où, de toutes les manières, l’Etat de droit ne fonctionne qu’approximativement. Cependant, la récente adoption du projet de Constitution par la Commission consultative jette un éclairage nouveau sur ce coup de force. On sait que celle-ci vient d’approuver l’ensemble des articles de la Constitution alors qu’il lui restait encore deux mois de délais pour le faire. Par ailleurs, un nombre important de recours avait été déposés devant les juridictions compétentes qui eussent, une fois de plus, risqué de ralentir, voire de bloquer l’adoption du projet de Constitution. Le coup de force du président Morsi ouvre ainsi, de manière tout à fait calculée, un couloir momentanément sécurisé pour l’adoption du projet. Par la suite, il sera impossible de revenir sur le référendum qui l’aura adoptée au motif des recours qui n’auront pas été examinés. Le calcul n’est donc pas déraisonnable et ne ressortit pas purement et simplement de la tentation autoritaire. Nous sommes toujours dans un processus de sortie de crise.

Certes, cette sortie va se faire au bénéfice des forces politiques conservatrices et, plus particulièrement, islamo-conservatrices. Certes, les modalités de la formation et du travail de la Commission constitutionnelle sont à bien des égards insatisfaisantes. Mais pouvait-il en être autrement ? Ce ne sont pas les libéraux qui ont remporté les élections législatives et ce ne sont pas davantage eux qui ont remporté l’élection présidentielle. Ils ne pèsent donc pas, tout au moins pas au-delà d’un certain point, sur le processus en cours, pas plus qu’ils n’ont pesé sur le processus de sortie de la crise de janvier 2011. Celui-ci s’est conclu par un coup d’Etat militaire bien plus que par une révolution et s’est fait au bénéfice de l’Armée et des Frères musulmans, après quoi les Frères musulmans l’ont emporté sur les militaires, même s’il est certain que les intérêts de l’Armée sont et seront en partie préservés.

Reste le référendum d’adoption de la Constitution. Il est, somme toute, bien improbable que celle-ci soit rejetée par les Egyptiens. Elle représente un mieux évident par rapport à la Constitution précédente. Son adoption est, surtout, la promesse d’un retour à la normale que tout le monde attend presque désespérément. Le maintien de l’article faisant de la charia la source principale de la législation relève d’un consensus et ne doit donc pas être interprété comme la marque d’un raidissement conservateur. Certes, le délai de quinze jours imparti pour voter la Constitution après qu’elle ait été approuvée par le Président ne permettra pas un grand débat et il est douteux, du reste, que chacun des votants aura lu avec application les 234 articles qui la composent. Cela dit, il en est ainsi dans presque tous les référendums de par le monde. En fait, ce qui importe, maintenant, ce sont, déjà, les étapes suivantes : les législatives, qui vont suivre, et les premiers mois de fonctionnement du gouvernement constitutionnel qui en sera issu. Pour l’instant, nous sommes toujours dans le domaine du gouvernement d’exception. Paradoxalement, ce sont les libéraux qui, depuis presque le début du processus, s’arcboutent pour ne pas en sortir. Cela se comprend, dans la mesure où ils savent que – compte tenu du rapport de force – cela ne peut se faire qu’à leur détriment. La semaine qui vient de s’écouler en témoigne une fois de plus.

Si l’on considère rétrospectivement la « Révolution du 25 janvier », on ne peut, en effet, qu’être frappé par la disjonction qui s’est instaurée d’emblée entre la perception du mouvement comme d’un mouvement libéral et le caractère pourtant largement conservateur de celui-ci. Cette étrange méprise provient d’une erreur assez commune, consistant à croire que conservatisme et autoritarisme sont finalement une même et seule chose. Il en découle qu’on ne pense pas que des conservateurs puissent réellement participer à un mouvement démocratique. Et l’on finit par considérer ce mouvement indépendant d’eux. Pourtant, des conservateurs peuvent parfaitement  et sincèrement souhaiter qu’un régime autoritaire soit remplacé par un régime démocratique. Les Frères musulmans sont, de ce point de vue – certes, avec d’autres –, les héritiers légitimes de la « Révolution du 25 janvier », même s’ils ne se sont engagés que tardivement dans celle-ci. Ils font partie des forces politiques qui ont œuvré pour que le régime autoritaire soit remplacé par un régime démocratique. Mais ce sont des démocrates illibéraux : ils soutiennent que le respect de certaines valeurs transcendantes est une juste raison pour limiter certaines libertés individuelles et que les institutions doivent y veiller. En d’autres termes, pour les démocrates illibéraux, le respect des libertés publiques l’emporte largement sur le respect des libertés privées ; et ils ne se considèrent pas comme moins démocrates pour autant. Ce sont ces démocrates illibéraux qui ont dominé l’ensemble du mouvement depuis le départ de Hosni Moubarak. Pourquoi l’ont-ils dominé ? Sans doute, parce que s’agissant des Frères musulmans, ils étaient infiniment mieux organisés que leur concurrents. Mais aussi parce qu’ils étaient porteurs de conceptions et de valeurs largement partagées dans la société égyptienne. Deux scrutins successifs l’ont confirmé.  De leur côté, les libéraux ont été les initiateurs d’un mouvement qu’ils n’ont jamais mené, et il semble bien qu’ils n’en aient pas jusqu’à présent tiré les conséquences. Sans doute, dans les jours qui viennent, tenteront-ils encore une fois d’inverser le sens d’une dynamique qui ne cesse de leur être défavorable. Sans doute profiteront-ils de la campagne référendaire pour tenter, à nouveau, de bloquer une normalisation qui ne peut que se faire en leur défaveur et, ce qui est pire, en la défaveur des idéaux dont ils sont porteurs. On ne peut que le regretter, mais leurs chances sont faibles.