Richard Berner edit

Chef économiste US, Morgan Stanley Écrivez à Richard Berner
  • Oct. 26, 2007

    Le pétrole à 100 dollars ? Plus dure sera la chute

    Le pétrole à 100 dollars ? Plus dure sera la chute

    Dépassant les attentes, le cours du pétrole brut (Brent) a augmenté de 9% au troisième trimestre et continué à monter depuis, comme s'il n'y avait pas de limites dans ce marché. En fait, il y a des limites : la demande est sensible aux variations de prix, et une correction est maintenant due. La principale raison qui a convaincu les traders d’augmenter leurs positions longues est un mouvement contre-saisonnier dans les stocks. Alors que la plupart des experts escomptaient une augmentation saisonnière des stocks au troisième trimestre, avant la baisse traditionnelle due à la consommation de chauffage en hiver dans l'hémisphère nord, c’est exactement le contraire qui s’est produit. Selon le rapport d’octobre de l'Agence internationale de l’énergie, le total des stocks a diminué de 0,5 million de barils par jour (mb/j) au troisième trimestre, alors qu’on attendait une hausse de même ampleur. Toutes choses égales par ailleurs, c’est l’équivalent d’une baisse de la production de l’ordre d’un million de barils par jour.  C’est ce qui a fait grimper les prix à 80 dollars, puis aux alentours de 90 dollars, l’approvisionnement de l'OPEP n'ayant pas été suffisant pour reconstituer les stocks.

  • Oct. 25, 2007

    $100/bbl? The harder would be the fall

    $100/bbl? The harder would be the fall

    Contrary to our more bearish expectations, the price of crude oil (Brent) increased by 9% in the third quarter and has continued to rise since then, as if there were no limits in this market.  In fact, there are limits, demand is sensitive to price changes, and a correction is now due.  The main reason that convinced market participants to increase their long positions was a counter-seasonal move in inventories.  While most experts were counting on a seasonal stock build in the third quarter, ahead of the seasonal stock draw caused by the rise of heating oil consumption in winter in the Northern hemisphere, exactly the opposite happened.  According to the October International Energy Agency (IEA) report, total stocks dropped by 0.5mbd in the third quarter, versus expectations of a rise of about the same magnitude.  Other things being equal, this was equivalent to a 1mbd production cut and this sent prices to $80, then to the vicinity of $90, as OPEC shipments were not sufficient to replenish inventories.