Jos De Beus edit

Professeur de science politique à l'université d'Amsterdam Site personnel de l'auteur Écrivez à Jos De Beus
  • April 11, 2007

    Hollande : la tentation gaulliste

    Hollande : la tentation gaulliste

    Le nouveau gouvernement néerlandais a rompu le silence qui, depuis le référendum de juin 2005, régnait sur l'avenir de la Constitution européenne. Le Premier ministre, M. Balkenende, a compris qu'un silence prolongé éroderait encore le soutien populaire à l'intégration européenne, aux Pays-Bas comme à l'étranger. Dans une lettre au Parlement, il évoque la peur des Néerlandais de voir se créer un “super-Etat” européen. Les diplomates se voient chargés de négocier de meilleures règles, un partage des charges plus équitable et une plus grande transparence à tous les niveaux de la décision publique. Mais la lettre n'évoque pas les craintes des autorités européennes et des autres gouvernements quant aux errances de la diplomatie néerlandaise...

  • April 10, 2007

    A Touch of Dutch Gaullism

    A Touch of Dutch Gaullism

    The new Dutch government has broken the silence on the future of the European Constitution since the negative referendum vote almost two years ago. Prime Minister Balkenende understands that further silence will have a cumulative and corrosive impact on the public support of European integration at home and abroad. The letter to the Parliament in The Hague addresses the recent fear for a European “superstate” of the Dutch people. Dutch diplomats are instructed to make the case for better regulation, fair burden sharing, and transparency of multi-level policymaking. The letter does not mention the fear for erratic Dutch diplomacy of European authorities and other national governments.

  • July 2, 2006

    Quelque chose de brisé au pays des Bataves

    Le fait que des journaux scandinaves aient été à l'origine des caricatures du Prophète jugées offensantes par les musulmans n'est peut-être pas un hasard. Ces sociétés fortement sécularisées et ethniquement homogènes se trouvent confrontées pour la première fois de leur histoire à la présence sur leur sol d'autres cultures, d'autres identités. Dans un premier temps elles ont cru pouvoir y faire face en pratiquant un multiculturalisme de bon aloi. Mais celui-ci a révélé ses limites car il a mis en évidence l'ambiguité d'une politique visant à reconnaître la particularité de chacun sans promouvoir pour autant la création d'un espace commun à tous. Egaux certes, mais séparés.