Beatriz Armendáriz edit

Professeur associé en économie à Harvard Site personnel de l'auteur Écrivez à Beatriz Armendáriz
  • Nov. 6, 2006

    Et si le microcrédit était étendu aux pays riches…

    Le prix Nobel de la Paix accordé cette année à Muhammad Yunus récompense l’invention du microcrédit. En 1976, celui qui était alors professeur d’économie à l’Université de Chittagong au Bangladesh a fait le pari que les pauvres aussi pouvaient utiliser les services bancaires. En créant la banque Grameen dans le village voisin de Jobra, il a commencé à offrir en crédit, de sa propre poche, de minuscules sommes d’argent à des personnes bien trop pauvres pour apporter des garanties. Son objectif était d’aider les villageois à financer leurs projets d’investissements, en espérant qu’ils échapperaient ainsi, un jour, à la pauvreté. A en juger par le nombre de banques similaires qui se sont multipliées dans les pays en développement et en Europe de l’Est, c’était manifestement une idée superbe. Aujourd’hui, ces banques servent presque sept millions de personnes qui vivent en dessous du seuil de pauvreté.

  • Nov. 6, 2006

    Microcredit: Is it limited to village economies?

    This year's Nobel Peace Prize was awarded to a former Professor of Economics, Muhammad Yunus, the inventor of group-lending microcredit in 1976. When the then Professor of Economics at Chittagong University, in Bangladesh, bet on the poor as being bankable individuals by creating the Grameen Bank, in the nearby village of Jobra, he extended tiny loans to poor individuals without collateral out of his own pocket. His motivation was to help such villagers to finance their investment projects, and, eventually, pull them out of poverty. His idea was a successful one, as Grameen replications mushroomed worldwide in the developing world and Eastern Europe, now reaching nearly seven million individuals living under the poverty line. What is exactly Yunus' innovative idea all about, and what made it replicable beyond Bangladeshi villages?