Michael Emerson edit

Chercheur au Centre for European Policy Studies (Bruxelles) Site personnel de l'auteur Écrivez à Michael Emerson
  • Nov. 15, 2006

    Le « critère caché » de Copenhague

    L'adhésion à l'Union Européenne est conditionnée par trois critères : l'économie de marché, l'Etat de droit et l'assimilation de l'acquis communautaire. S'y ajoute un critère dont on a peu parlé jusqu'à présent, la « capacité d'absorption » de l'Union européenne. Pour limiter l'entrée de nouveaux membres comme la Turquie et régler ainsi la question des frontières de l'Europe, l'UE ne serait-elle pas tentée de recourir à ce critère qui offre l'avantage politique d'être fort imprécis sans forcer l'Europe à s'en expliquer ? --> Certains discours politiques ont aujourd’hui tendance à affirmer que, puisque la Constitution n’a pu être ratifiée, le processus d'élargissement a désormais atteint les limites de sa capacité d’absorption. L’Europe souffrirait d'une maladie appelée la « fatigue de l’élargissement », et il conviendrait donc d’arrêter les dégâts pour enfin tracer les « frontières définitives » de l'UE.

  • Nov. 15, 2006

    De-constructing the European Union's 'absorptive capacity'

    The tendency in some political discourse now is to say that, because the Constitution that was meant to prepare for enlargement failed to be ratified, this shows that the enlargement process has now hit a roadblock called 'absorptive capacity', with the European polity suffering from a malady called 'enlargement fatigue', and therefore it would be best to call a stop and define the EU's 'final frontiers'.