• 12 février 2006

    Bolkestein : la mort du principe du pays d’origine ?

    Les 14 et 16 février 2006, le Parlement européen votera en première lecture sur la proposition de directive relative au marché intérieur des services (dite « Bolkestein »). Certains éléments de la proposition semblent satisfaire tout le monde (simplification des procédures, guichet unique, droit à l’information, qualité des services, assistance mutuelle, etc.). D’autres cristallisent encore les tensions et les négociations au sein du Parlement européen et avec la Commission. Il en est ainsi du principe dit du pays d’origine (PPO) sur lequel un compromis devrait être dégagé pour en rejeter la formulation mais en conserver l’esprit. Il en est de même du champ d’application du texte au regard des activités de service public. Ces deux points posent en fait une question commune : peut-on vraiment traiter la libre prestation des services comme l’on a traité jusqu’à présent la libre circulation des marchandises ?

  • 12 février 2006

    Bolkestein : le grand fiasco de la Commission

    La Directive Bolkestein représente un effort de la Commission pour ouvrir les services à la concurrence afin de doper richesse et emploi en Europe. Paradoxalement, la Directive Services, qui en toute bonne logique eût dû être combattue par la droite corporatiste anti-libérale et les lobbies des professions réglementées, a été attaquée par la gauche et les syndicats de travailleurs, alors que ces derniers étaient peu ou pas concernés en tant que travailleurs et étaient bénéficiaires en tant que consommateurs! Les oppositions à la directive n’expliquent cependant pas tout. Dans cette affaire la Commission a commis de graves erreurs qui expliquent son échec.

  • 24 janvier 2006

    La compétitivité et le farniente

    Les sportifs de haut niveau raccrochent parfois avant d'y être contraints par l'âge, lorsqu'ils éprouvent le besoin de vivre une vie normale en famille, de voir grandir leurs enfants. Il y a peut-être là une leçon de sagesse pour la sphère économique où règne encore une vision très productiviste de la performance. Il est essentiel pour une entreprise d'être compétitive, certes. Mais poser la question à propos d'un pays, c'est se tromper de registre. Les entreprises produisent. Les individus et les nations vivent.

  • 23 janvier 2006

    L'Europe de Nicolas Sarkozy

    Il y a trois constantes de l'attitude de Nicolas Sarkozy face à l'Europe : instrumentalisation des questions européennes au profit de l'affichage médiatique, faiblesse de l'engagement européen, accord avec la vision britannique d'une Europe réduite à un grand marché voué au libéralisme économique.

  • 9 janvier 2006

    BCE : la complainte des gouvernements

    Jeudi prochain, la Banque centrale européenne (BCE) devrait annoncer qu'elle laisse ses taux d'intérêt inchangés. Après les avoir gardés constants depuis juin 2003, elle les a augmentés d'un quart de point en décembre dernier. Pourquoi les augmenter en décembre et pas en janvier ? Sa décision de décembre avait été saluée par une volée de bois vert. De nombreux ministres, dont Jean-Claude Juncker, le ministre des Finances luxembourgeois qui exerce la fonction de président de l'Eurogroupe, avaient alors accusé la BCE de prendre le risque de faire avorter la reprise économique qui s'annonce timidement. Pourquoi tant de malentendus ?

  • 28 décembre 2005

    La présidence britannique : la tête dans le sable

    La longue bataille du budget européen s'est achevée il y a de cela dix jours avec un accord qui laisse tout en l'état. Ce fut un spectacle d'une rare hypocrisie car pour certains des acteurs de cette négociation, le marchandage ne portait que sur des détails. Des Etats dont le budget annuel dépasse les 700 milliards d'euros se sont battus pour quelques millions. Le résultat est un cadre financier 2007-2013 concentré sur des transferts à l'agriculture (42% du budget) et dont les bénéficiaires représentent à peine 3% de la population européenne. Par ailleurs 35% des dépenses continueront à être affectées à des fonds structurels dont l'efficacité est fortement mise en doute.

  • 21 décembre 2005

    L'affaire Fazio ou l'exception (bancaire) italienne

    Au terme de plusieurs mois de combats sombres et de révélations nauséabondes, le gouverneur de la Banque d'Italie a démissionné. La justice se prononcera un jour. La police italienne enquête et la Commission Européenne saisit la Cour Européenne de Justice. Il est bien trop tôt pour savoir exactement ce qui s'est passé et pour condamner Antonio Fazio. Il se peut qu'il se défend parce qu'il n'a rien fait de répréhensible, tout comme il se peut qu'il ne cherche qu'à repousser l'instant du jugement. Mais l'accumulation de révélations l'ont paralysé et, en attendant, son refus, pendant des mois, de démissionner pose la question de l'indépendance des banques centrales.

  • 19 décembre 2005

    Les avancées imprévues du sommet de Bruxelles

    Imaginons la situation en Amérique si les cinquante Etats devaient s'entendre sur le budget. En l'absence de Constitution, l'Europe doit toujours en passer par là et s'en remettre à des Etats qui ne semblent pas toujours comprendre que le budget de l'Union n'est pas construit sur une logique de dépenses, mais d'investissements. Les égoïsmes nationaux pèsent alors de tout leur poids et les négociations se jouent à la baisse. C'est ce qui s'est passé à Bruxelles. Mais ce budget étriqué cache une évolution du jeu des acteurs, qui laisse entrevoir un rebond de l'Europe politique.

  • 19 décembre 2005

    Budget européen : beaucoup de bruit pour presque rien ?

    Il faut sans doute se réjouir de ce que le Conseil européen ait finalement abouti à un accord sur le budget de l'Union. Depuis quelques semaines, il était clair que la négociation s'inscrivait dans un cadre traditionnel et que toute révision ambitieuse des priorités était exclue. Dès lors, mieux valait conclure, pour ne pas prolonger des batailles acrimonieuses et ne pas retarder la préparation des programmes d'aide aux pays de l'élargissement.

  • 19 décembre 2005

    Tony Blair et l'Europe de l'Est : la grande désillusion

    La présidence britannique se termine par un compromis budgétaire dont les principaux bénéficiaires seront les nouveaux pays membres. Pourtant, elle restera aussi comme le début d'un désamour entre Londres et l'Europe de l'Est.

  • 19 décembre 2005

    Budget européen : un compromis au rabais

    Au petit matin du 17 décembre, les chefs d'Etat et de gouvernement sont parvenus à s'entendre sur les perspectives financières européennes pour la période 2007-2013, donnant ainsi un semblant d'unité à une Europe décidément bien malmenée au cours de l'année qui s'achève. Rabais est certainement le mot-clef pour comprendre ce compromis. Il souligne à la fois la place centrale qu'a occupée dans ces débats l'épineuse question de la contribution britannique, la façon dont la plupart des délégations ont gardé le regard obstinément fixé sur leurs intérêts nationaux, et les implications de tout cela pour l'Europe. Si l'accord en question est appliqué, à compter de 2007 le budget européen sera en recul - 1,045 % du PIB au lieu des 1,09% prévus pour 2006 - sans que l'on puisse dire que de nouvelles perspectives aient véritablement été tracées, puisque les choix douloureux ne seront débattus qu'à partir de 2008.

  • 13 décembre 2005

    Vers un budget européen au rabais

    L'une des questions centrales du dernier sommet européen concerne le fameux chèque britannique. C'est un mécanisme assez complexe, mais en substance la ristourne accordée à la Grande-Bretagne représente environ les deux tiers des contributions nettes au budget communautaire.

  • 12 décembre 2005

    Budget européen : Blair pose les bonnes questions

    Il faudra bien arriver à un accord sur le budget européen, sous une présidence ou une autre. Partant du principe que l’argent est le nerf de la guerre, Tony Blair a essayé d’utiliser le budget pour forcer une réforme en profondeur de l’Union Européenne. Ça n’a pas marché, et on s’achemine vers une négociation traditionnelle, où des petits compromis permettent aux petits égoïsmes de protéger leurs petits intérêts. La routine. Tony Blair a cependant posé les bonnes questions. Il a été trop audacieux pour réussir, mais trop timoré face au scandale que représente le budget européen.

  • 11 décembre 2005

    L’Europe : vers une hégémonie britannique ?

    On entend beaucoup parler ces jours-ci d’une hégémonie britannique en Europe, mais c’est une formule trompeuse. Les Britanniques, faut-il le rappeler, ne sont pour rien dans l’échec de la ratification du Traité constitutionnel. Ils s’étaient sur ce point montrés coopératifs, alors même qu’ils n’en voyaient pas la nécessité. Par ailleurs, si les idées économiques et sociales de la Grande-Bretagne sont très certainement majoritaires dans l’Union Européenne à vingt-cinq, est-ce dû au charisme du Premier ministre britannique, ou tout simplement à l’air du temps mondial ? Il est certain en tout cas que les idées françaises sont aujourd’hui minoritaires, d’où le caractère peu pertinent, dans le contexte actuel, de la demande de la gauche française d’une Europe sociale.